L’avocat Shakeel Mohamed a voulu apporter des éclaircissements quant à l’intérêt que portent les avocats à l’affaire Gaiqui. Entouré d’un panel d’avocats, il a tenu une conférence de presse ce lundi 29 janvier à la Sterling House et se dit scandalisé par la méthode qu’utilisent certains membres de la force policière de nos jours.

Pour Shakeel Mohamed, Anoop Goodary n’a fait que son devoir d’avocat en prenant son client en photo et en publiant celle-ci sur les réseaux sociaux. Selon lui, Anoop Goodary, avec la permission de David Gaiqui, qui était alors encore son client, est resté en ligne avec son code d’éthique d’avocat.

Se référant à plusieurs précédentes affaires, dont l’affaire Kaya, Shakeel Mohamed dénonce la maltraitance envers les détenus au sein des postes de police – « o moin pou enn foi nou ena prev ki ena britalite polisier dan stasion, e li pa premye foi »

L’avocat s’est longuement étendu sur les propos irrespectueux qu’ont tenus certains membres de la force policière, dont l’ACP Boojhowon, envers Anoop Goodary dans l’enceinte du poste de police de Curepipe, dimanche au soir. Il a insisté fortement sur le fait que les choses ne vont pas en rester là. « We are already prepared for it ».

Le fait dérangeant pour Me Mohamed a été qu’Anoop Goodary a été traité comme un accusé alors qu’il a tenté de dénoncer un acte scandaleux de la part de certains policiers du poste de Curepipe. Il a d’ailleurs salué le courage de Goodary d’avoir pris une telle initiative.

S’agissant du Strip Search, Shakeel Mohamed se dit perplexe car selon le Police Extended Order, le Strip Search se fait seulement si le client l’autorise et en aucun cas enchainé à une chaise.

En conclusion, Shakeel Mohamed a souligné qu’Anoop Goodary aura tout le soutien du panel d’avocats « Nou pare pou menn sa batay la pou lintere la zistis ek demokrasi »