Shalinee Valaydon (27 ans) est une valeure sûre de l’haltérophilie à Maurice. Véritable compétitrice, elle mérite amplement de figurer sur le podium dans ce classement des sportifs mauriciens qui ont marqué l’année 2013 de leurs empreintes. Elle est devenue la première femme mauricienne à être médaillée d’or lors des Championnats d’Afrique de la discipline au Maroc dans la catégorie des +75 kg. Une sacrée performance.
Le travail finit toujours par payer et notre Iron Woman nationale en est l’exemple même car elle a atteint l’une de ses priorités cette année, celle de remporter une médaille d’or lors des Championnats d’Afrique. Elle s’est distinguée en obtenant le plus précieux métal dans l’épreuve de l’épaulé-jeté avec une performance de 113 kg. Elle s’est également vu décerner deux médailles d’argent à l’arraché et au total olympique. Comme quoi, Rome ne s’est pas bâtie en un jour mais à force de travail et de persévérance.  Rien n’est impossible si on se donne les moyens et Shalinee Valaydon l’a compris.
En effet, en stage à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) en France en début d’année, elle a réalisé un gros coup en montant sur la plus haute marche du podium (+75 kg) lors des Championnats de France Élite d’Haltérophilie et Force Athlétique qui se sont tenus à Saint-Médard-en-Jalles, commune française située dans le département de la Gironde et la région Aquitaine. Elle a également amélioré ses records personnels à l’arraché et à l’épaulé-jeté lors d’une compétition internationale amicale à Saint-Maur-des-Fossés, commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France. À noter que ses précédents records personnelles étaient de 90 kg à l’arraché et 110 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 200 kg. Elle a, lors de cette compétition, soulevé une barre de 93 kg à l’arraché et 112 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 205 kg. Record de Maurice à la clé.
Après ce stage de perfectionnement, elle retourne au pays pour continuer sa préparation en vue des Championnats d’Afrique et éclaboussera de tout son talent cette compétition même si une gastro est venue jouer les trouble-fêtes durant la compétition. « C’est un rêve devenu réalité. Je ne remercierai jamais assez ma famille, mes amis, le Trust Fund For Excellence In Sports (TFES), le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), pour la confiance et pour leur précieux soutien et le directeur de City Sport pour le sponsor. Mes coaches et mes collègues d’entraînement m’ont également beaucoup soutenue ».
Malgré les problèmes de visa auquel Shalinee Valaydon a dû faire face, le déplacement en valait la peine. Véritable dame de fer et sacrée battante, elle espérait sortir une grosse performance lors des Championnats du Commonwealth en Malaisie au mois de novembre mais le sort en a décidé autrement et elle n’a pas été en mesure cette fois  de sortir une grosse performance, prenant la neuvième place dans sa catégorie avec 90 kg à l’arraché et 107 kg à l’épaulé-jeté.
Quoi qu’il en soit, Shalinee Valaydon est la meilleure sportive 2013, ayant porté sur ses épaules une fédération qui a connu des antécédents peu flatteurs et des coups bas. Heureusement que tout va pour le mieux maintenant, et ce, grâce aux performances de notre Iron Woman nationale. « Je continuerai à me donner à 200% car je veux continuer à briller. Après les vacances, je reprendrai l’entraînement le 5 janvier avec pour principal objectif, les Jeux du Commonwealth en Écosse », fait ressortir notre interlocutrice. « Je constate que j’ai gagné beaucoup en maturité cette année, ce qui m’a permis d’être beaucoup plus performante. La saison a été longue mais elle valait largement la peine. Je suis amplement satisfaite », avoue-t-elle.
Affichant un mental à tout épreuve et une détermination d’acier, Shalinee Valaydon est le fer de lance de l’haltérophilie mauricienne. Elle est carrément fait d’un autre métal…