Trois jours après l’introduction du “shift system” pour les généralistes, les relations sont des plus tendues entre le ministère de la Santé et la Medical Health Officers Association. La réunion qui était prévue hier après-midi entre les deux parties en vue d’essayer de décanter la situation n’a finalement pas eu lieu. Les représentants syndicaux n’étaient pas d’accord avec la décision du ministère de ne permettre qu’à trois d’entre eux d’y participer alors qu’ils étaient cinq.
Les cinq représentants des généralistes – trois dirigeants de la MHOA et les présidents de deux centrales syndicales – ont protesté contre l’exigence du ministère au sujet du nombre de personnes devant participer à cette réunion. Après une demi-heure d’attente dans les couloirs du ministère, ils sont repartis non sans avoir fait part de leur mécontentement aux journalistes présents, amplifiant le conflit employeurs-employés au sujet du “shift system”. « Nous déplorons l’attitude du ministère car nous étions venus pour faire des propositions pour améliorer le service offert au public. Les cinq représentants syndicaux présents au ministère hier ont été mandatés par leurs membres pour aller discuter. Le ministère ne voulait pas plus de trois personnes alors que ses officiers étaient plus nombreux. Les administrateurs du ministère ne savent-ils pas que dans toute négociation employeurs-employés les différentes parties doivent être équitablement représentées ? » réagit Radakrishna Sadien, président de la State Employees Federation, présent lui aussi aux côtés des médecins. « C’est un principe de base », poursuit le syndicaliste.
La MHOA maintient la pression pour faire reculer le ministère sur la formule du “shift system” en vigueur depuis mardi. Le syndicat mobilise ses membres pour l’Assemblée générale spéciale prévue pour ce samedi à 14 heures à la Unity House, Beau-Bassin. La MHOA invite le ministre de la Santé à être présent pour répondre aux nombreuses interrogations de ses membres.
Du côté du ministère, on « déplore l’attitude des syndicalistes ». Un responsable affirme que la réunion ratée d’hier avait été fixée pour mardi, soit le jour de l’entrée en vigueur du “shift system” mais que les représentants syndicaux « avaient fait faux bond ». « Pour la réunion d’hier, il était convenu que trois personnes seulement y participent, à savoir les deux présidents de la fédération syndicale et le président de la MHOA. Celui qui a réclamé la réunion était au courant », affirme ce responsable du ministère. « La présence des techniciens du ministère à cette réunion était importante au cas où il faudrait fournir des renseignements sur des points spécifiques », ajoute-t-il. Dans une déclaration aux journalistes, le ministre de la Santé a exprimé sa « déception de l’attitude des représentants syndicaux », affirmant une fois de plus le maintien du “shift system”.