Après un flying start, Shirish Narang était un moment rentré dans les rangs avant de retrouver le sourire. Step To Fame, signé de l’apprenti Sanish Ramgopal lors de la 11e journée, lui avait procuré une septième victoire. Le retour de Kevin Ghunowa après suspension, a permis à cet établissement de maintenir le tempo samedi avec Navistar, lequel aura fait quelque part oublié la mésaventure de son compagnon d’entraînement et gros favori Jiggery Pokery dans l’épreuve de clôture.
« Cette victoire avec Navistar nous fait effectivement du bien », nous rappelait au téléphone Shirish Narang qui se trouvait à New Delhi lundi. Deuxième favori à Rs 380, ce hongre bai de 5 ans, deux fois deuxième cette saison, était attendu par son entourage. « Navistar est un cheval qui n’a rien fait de mal depuis le début de la saison. Il a été battu par deux meilleurs chevaux en The Real Hero et Argun. Je pense que cette fois dans le benchmark de 36, il était au-dessus du lot. Je remercie ses propriétaires qui ont fait preuve de beaucoup de patience ».
La joie aurait été double n’était l’imprévu de Jiggery Pokery en fin de cette journée tronquée (sept courses seulement au menu). Figé dans sa stalle, ce jeune coursier « froze and refused to jump » selon le rapport de Stéphane de Chalin, Chairman of Racing Stewards. Conséquence, Jiggery Pokery laissa filer les dix autres concurrents dans ce 1365m de la C8 au départ très agité, effectua sur le tard quelques foulées à son rythme avant de rentrer directement au paddock alors que la course battait son plein. Shirish Narang affiche son indignation, dont l’issue a affecté autant son entourage que les parieurs qui ont fait confiance aux chances de Jiggery Pokery.
« C’est vrai qu’après avoir visionné personnellement le départ de cette course, Jiggery Pokery est resté sans réaction. Mais, faut-il aussi comprendre qu’il y avait une grosse agitation autour. Straight Jab a défoncé sa stalle, Agincourt et Barstable qui étaient aux côtés de mon coursier dans les boîtes, ont aussi fait des siennes. Même Magic Jay s’est mis un moment de la partie. Et comme mon cheval est encore tout jeune (il n’a que 3 ans et n’a fait que six courses dans sa carrière), il a pris peur et était perdu devant pareille situation », ajoute-t-il.