Shirish Narang est en train de se tailler une réputation de King Of Long Shots. C’est la conclusion à la laquelle on arrive après avoir parcouru ses statistiques pour ce premier tiers de la saison. En effet, ils sont au nombre de cinq ses pensionnaires qui se sont imposés en outsiders depuis le début des hostilités. Les turfistes se souviendront sans doute des victoires de Hillbrow (11/1), Kimberley (9/1) et Mystical Twilight (15/1). Si à cette liste on ajoute celles de Jiggery Pokery (5/1) et Seven Carat (5/1), on se rend vite compte que Step To Fame est le seul favori à avoir été victorieux au sein de cette formation. Samedi dernier, deux autres vainqueurs, tout aussi surprenant l’un que l’autre, sont venus rallonger la liste. Il s’agit de Navistar (24/1) et Monarchs Emblem (19/1). À ce rythme, il n’est pas loin le temps où lorsqu’on parlera de King Of Long Shots, on ne fera plus référence à Rameshwar Gujadhur mais bien à Shirish Narang.
Le doublé de samedi dernier surprend dans le sens où l’entraînement Narang ne présentait pas une carte de premier ordre susceptible de faire de lui une des formations à suivre lors de cette 13e journée. Si les chances des inédits Jack Dempsey et King’s Salute étaient quasi nulles sur le papier, celles de Plain Of Wisdom dans la troisième se voyaient amoindries en raison de son manque de tenue. On se retrouvait donc avec Heart Of Darkness, Navistar, Monarchs Emblem et Smitten, qui constituaient plutôt des secondes chances dans leur épreuve respective. C’est dans cette perspective que l’entraînement Shirish Narang avait placé cette journée. Mais les courses étant ce qu’elles sont, c’est par un doublé qu’il a bouclé sa journée.
Il y a eu tout d’abord la victoire de Navistar dans The Events Plus Souvenir Trophy. Un modèle de régularité depuis qu’il est passé sous la férule de Shirish Narang, on ne lui accordait toutefois pas une chance de premier ordre en C5, de surcroît en la présence d’autres chevaux rapides. Mais le fils de Sail From Seattle devait mettre à bon escient sa vélocité initiale et après avoir ramené Beluga à la raison, Kevin Ghunowa dosa bien le pas de son cheval qui se montra résistant jusqu’au bout.
« Navistar est un cheval qui n’a rien fait de mauvais depuis qu’il est sous ma charge. C’est un cheval courageux qui se donne tout le temps à fond, généreux dans l’effort. Toutefois, si vous regardez ses jambes, vous aurez peur. Il a un genou plus long que l’autre. Mais cela ne l’empêche pas d’être compétitif car il est facile à monter et à entraîner. Aux 600m, quand j’ai vu Always Flirting et Beluga sous pression, je savais qu’il fallait venir nous chercher. Navistar n’a jamais lâché le mors et il s’est battu jusqu’au bout », se réjouit Shirish Narang.
Première 2017 pour Ghunowa
C’était aussi l’occasion pour Kevin Ghunowa de débloquer son compteur 2017. C’est une juste récompense pour le jockey mauricien, qui avait vu son début de saison gâché par une blessure à un orteil alors qu’il était en selle sur Logan lors de la 2e journée. « Je suis très content pour Kevin. Depuis jeudi matin il était après moi pour lui confier Navistar », indique Shirish Narang. On peut dire que Navistar-Ghunowa est un duo qui marche car c’est la troisième fois que le Mauricien mène à la victoire ce coursier.
Le doublé, l’entraînement Shirish Narang l’a réalisé avec Monarchs Emblem dans la 7e course. Même s’il avait été l’auteur d’une bonne rentrée malgré un surpoids de 26 kg lors de la 8e journée, on n’accordait pas de grandes chances de victoire à ce fils de National Emblem car il ne comptait aucune performance significative. Mais pas pour Robert Khathi, qui savait que son cheval ne partait pas battu d’avance.
« For me it was not a surprise win. Monarchs Emblem has been working well since his last run where he didn’t disgrace. I gave him a fair outsider chance and without Chap Trap in the race, I would have been confident. I’m just glad for the owners who have been very patient with him », dira le Sud-Africain. C’est aux 400m qu’il a cru vraiment en la victoire. « I could feel that I had plenty underneath me and it was just a question of finding the gap which opened to us on the inside. With his light weight, I knew he would give me a good kick. »
À bien voir, Monarchs Emblem n’était pas aussi avantagé au poids car Khathi le monta avec un demi-kilo de plus, soit à 55 kg. Le Sud-Africain explique pourquoi il n’a pu faire le poids indiqué. « Back home, I used to ride light weights but in Mauritius it’s difficult because we only race once a week. The light rides come now and then, if not once a month. I’m just doing my best to keep my weight as stable as possible. » Passant en revue ses autres montes, Khathi trouve que Heart Of Darkness est à revoir. « He was travelling well until a horse came across him and he started to pull hard. On the top of that, after the road, I felt something amiss and after the race he was not striding out well. »
« Muzi is like a brother »
En ce qu’il s’agit de Plain Of Wisdom, il confirme ce que beaucoup d’observateurs redoutaient, à savoir le manque de tenue de ce coursier. « I think 1365m or 1400m is the furthest he can go. He also needs a soft going in my opinion. » De Smitten, il dira que la catégorie dans laquelle il se trouve est peut-être trop relevée mais que tout espoir n’est pas perdu. « He is not beaten by far, but his problem is that he remains one paced all the time. We’ll try to race him differently next time in a lower division (ndlr : 0-20) and see how he handles it. My trainer believes that he still has one in the tank. »
Par ailleurs, Robert Khathi trouve que l’arrivée de Muzi Yeni, qu’il considère comme son frère, à Maurice ne pourra que rehausser le niveau des jockeys en action au Champ de Mars. Pour rappel, la cravache de Ricky Maingard a, ces trois dernières années, figuré dans le Top 10 sud-africain et a monté pour plusieurs entraîneurs de renom, dont le renommé Mike de Kock. « Muzi is my friend. He’s like a brother to me. I know him a long time and we’ve come a long way. He’s like a family to me. In Mauritius, from what I’ve been told, it is not well viewed if two jockeys are good friends but Muzi is a brother to me and no one can take anything away from that. My trainer knows that. Back home we used to go out with our families. When he was in Cape Town, he stood by me as I knew him from the academy and we are like brothers. He is a top rider who will definitely give a boost to Mauritian racing. »