Daniel Moor mange son pain noir. Après quatre journées chez Shirish Narang, le jockey n’a toujours pas beat the jinx. En quatorze montes accumulées durant ce mois de mai, il a enregistré huit placés. L’Australien, ne crie pas au feu à la maison. « We are not below expectations. We know exactly where we stand. We are aware of our tools and we are not in a hurry, » nous rappelait Moor avec son calme coutumier, au training mardi matin.
Tout compte fait, avec deux deuxièmes places, une troisième place et cinq quatrièmes places, le tandem Moor/Narang est passé tout près de la winners enclosure. « We need to be realistic. Nous sommes en train de bâtir une fondation solide. It’s a team effort. The trainer is paid to train horses, I’m paid to ride horses».
Analysant ses montes de samedi dernier, Daniel Moor dit que la troisième place de Question Time dans l’épreuve de clôture n’est pas a priori une déception. « We were a bit concerned with the weight. Cinq kilos séparaient ce coursier de sa sortie victorieuse à celle de samedi dernier (56,5 kg contre 61). C’est beaucoup, but the horse ran well and finished only 1,25 lengths to Roving Consort ».
Prince Alwahtan, qui a couru non placé peut, selon lui, être considéré comme une petite déception. « The horse dropped the bit at the 600m mark and hung in badly in the home straight. He seems to have enough and needs a good break ».
En ce qui concerne La Foce — 8e à 5,90L du vainqueur Harba — « though he had a good barrier trial, he needed that run », alors que Red Lotus — dernier mais à seulement 1,90L du gagnant — « is growing old and the winner Indaba My Children is of a different class ».
En jockey d’expérience (31 ans en septembre et 550 victoires à son palmarès), Daniel Moor se veut être optimiste au Champ de Mars. Lui qui tarde à s’offrir une première mauricienne. « Nous n’avons pas un effectif étoffé. Mais tout le monde au sein du groupe est dedicated et est ouvert aux suggestions. We are working hard and hopefully we will strike within the next three meetings ».
À une question sur le porte-drapeau de l’établissement Man To Man, le jockey dit qu’il a eu de bons échos de ce coursier. « Man To Man is a champion horse. He’s special to Shirish and co eu égard à ce qu’il a accompli au temps du défunt Serge Henry. Man To Man a commencé sa préparation 2015 au centre privé de La Brasserie. Nous lui donnons le temps qu’il faut pour parfaire sa condition car il aura un trophée (le Maiden) à défendre, » conclut Moor qui se dit ravi d’accueillir sa petite famille (son épouse et ses deux enfants) ce week-end.