Le rapport de la Commission de Conciliation et Médiation (CCM) sur le taux de syndicalisation au sein de la SICOM est prêt. Le Pr Ved Prakash Torul a soumis hier ses conclusions au ministre du Travail Shakeel Mohamed. À l’heure où nous mettions sous presse, ce dernier rencontrait les membres de la SICOM Employees Union et leur représentant syndical, Deepak Benydin à la Victoria House.
Au cours de cette rencontre, les conclusions du rapport seront présentées aux membres de ce syndicat en présence de leur représentant syndical, Deepak Benydin. Compte tenu du fait qu’un comité spécial a été institué au sein de la SICOM pour la préparation d’un rapport salarial, il serait judicieux qu’un syndicat reconnu par la direction puisse participer aux négociations et apporter sa contribution, explique Deepak Benydin, de la Federation of Parastatal Bodies & Other Unions, contacté quelques heures avant la réunion prévue avec le ministre du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi.
Ce rapport avait été commandité par le ministre Shakeel Mohamed, qui avait demandé à la CCM de mener une enquête sur la situation des relations industrielles à la SICOM et de faire une évaluation de la représentativité syndicale au sein de la compagnie. La direction de la SICOM a refusé de reconnaître la SICOM Employees Union comme le syndicat défendant les intérêts des employés en matière de relations industrielles alors que les syndicats soutiennent que le taux de représentativité/syndicalisation y est, soit un taux dépassant la barre de 30 %. Ce que confirmera le rapport du Prof Torul qui est dévoilé aux syndicats à l’heure où nous mettions sous presse.
Les faits remontent à avril 2013 lorsque la SICOM Employees Union, affiliée à la Federation of Parastatal Bodies & Other Unions, obtient son enregistrement officiel du Registrar of Association. Une demande est faite auprès de la direction le 9 avril pour obtenir la reconnaissance syndicale mais la direction y objecte. Le syndicat et les employés avaient demandé au ministère du Travail d’intervenir. Lors d’une réunion tripartite le 23 septembre 2013, Shakeel Mohamed avait insisté auprès de la direction en vue d’obtenir les explications nécessaires pour expliquer les raisons pour lesquelles le syndicat n’a pas obtenu sa reconnaissance alors que le taux de syndicalisation dépasse la barre des 30 %, comme le préconise la loi.
A une conférence de presse par la suite, Shakeel Mohamed avait condamné avec force la SICOM, l’accusant de recourir à des tactiques dilatoires dans la démarche de reconnaissance de la SICOM Employees Union. La loi accorde en effet 30 jours à l’employeur pour répondre à une demande de reconnaissance syndicale, ce qui n’a pas été fait dans le cas de la SICOM. Réagissant peu de temps à la déclaration du ministre Mohamed, la SICOM avait affirmé dans un communiqué, être disposée à reconnaître la SEU, « à condition toutefois que cette dernière bénéficie d’une représentativité conforme aux lois du travail ». Ce qui permettrait, avait soutenu le conseil d’administration, « un dialogue prenant en compte les intérêts de tous les employés dans leur intégralité ».
Deepak Benydin avance par ailleurs que des actes d’intimidation sont perpétrés à l’encontre des employés afin de les décourager à se syndiquer.