La SICOM Employees Union (SICOMEU) sollicite l’aide du ministère du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi relativement aux propositions du Procedure Agreement de la SICOM dont le contenu est remis en question…
À ce jour, le procedure agreement entre la direction de la SICOM et le syndicat n’a pas encore été finalisé, bien que le délai de trente jours, conformément à la Section 51 de l’Employment Rights Act, après l’émission d’un award le 20 mai dernier par l’Employment Relations Tribunal (ERT) pour ordonner à la direction de la SICOM de reconnaître la SICOMEU comme un bargaining agent sur la table des négociations, ait expiré.
Dans un affidavit versé au dossier de son action menée en Cour suprême, le syndicat a fait état de son inquiétude selon laquelle la direction de la SICOM pourrait avoir recours à des « delaying tactics » dans la finalisation du procedure agreement de façon à ce que l’affaire soit référée une fois de plus à l’Employment Relations Tribunal. « Nous attendons toujours que la direction fixe une date à laquelle nous pourrons entamer les négociations », fait comprendre un des dirigeants de la SICOM Employees Union.
Le syndicat a en fin de semaine sollicité l’assistance du ministère du Travail afin que ses officiers se penchent sur certains points des propositions formulées par la direction de la SICOM, comme la liberté au syndicat de s’exprimer dans les médias.
Parallèlement, lors de la dernière audience dans le cadre de l’injonction accordée à la SICOM Employees Unions, l’avocate du syndicat, Me Shenaz Atherton, avait versé au dossier un second affidavit dans lequel ses clients maintiennent la pression pour que la direction de la SICOM accorde, avec effet immédiat et sans conditions sur une base intérimaire, l’augmentation de 20 % comme proposée dans la lettre d’offre datée du 24 avril 2014 afin que les 220 employés de la compagnie concernés par l’exercice de révision salariale ne soient pas pénalisés.
Ensuite, l’avocate avait insisté sur la mise sur pied d’un anomaly committee en vue de négocier des terms and conditions of work et des avantages (benefits) comme proposés dans la lettre d’offres de la direction du 24 avril dernier.
La SICOMEU a réitéré sa volonté de retirer l’injonction en Cour suprême qu’elle avait réclamé pour le gel des « new revised terms and conditions of service » de même que les « pay and benefits structures » au sein de la State Insurance Company of Mauritius Ltd (SICOM) et la SICOM General Insurance Ltd (SGIN), deux compagnies faisant partie du groupe SICOM.
Lors de la dernière audience, l’avoué de la SICOM, Me Jaykar Gujadhur Jugernauth, avait réclamé un renvoi en vue de soumettre les réponses de ses clients dans un deuxième contre-affidavit. L’affaire a donc été renvoyée au 23 juillet. Décisions prise lors du dernier appel du procès par le Senior Puisne Judge (SPJ) Eddy Balancy pour permettre entre-temps aux hommes de loi de la SICOM de loger leur deuxième contre-affidavit. De ce fait, l’injonction intérimaire a été étendue jusqu’au 23 juillet.