« Encourager les bonnes pratiques, telles que le dépistage volontaire, et surtout, rendre le geste automatique et naturel, mieux encore, en faire une attitude responsable ! », tel est l’objectif du National AIDS Secretariat (NAS), par le biais de cette campagne nationale autour du dépistage du sida qui s’étendra sur tout le mois de février. Le Dr Amita Pathack, responsable de cette unité placée sous la responsabilité du Prime Minister’s Office (PMO), souligne que « cette campagne vise à aider à changer les réflexes auprès de la population et éventuellement, faire tomber les barrières et les préjugés ».
Notre interlocutrice continue : « Jusqu’à présent, le dépistage du sida est très lié à des tabous et des idées préconçues. Ce qui fait que le dépistage devient très difficile et l’on ne peut arriver à cerner comme il le faut l’épidémie dans son sens le plus large auprès de la population dans son ensemble. L’objectif du NAS est justement de faire tomber ces obstacles. »
La campagne nationale du NAS démarre aujourd’hui et s’étend sur tout le mois de février. Des spots radios et télé ainsi que des billboards et une interface d’interaction via facebook, par l’entremise de la page web de Sida Info, composeront les médias mis à contribution par le NAS pour véhiculer ses messages. Dès aujourd’hui, des affiches seront placardées un peu partout à travers l’île pour donner une idée de la campagne. Les spots radios seront diffusés dès le lundi 6. À compter du 12, la télé viendra à la rescousse et l’interaction via facebook sera également disponible. Et parallèlement, 85 billboards seront visibles à travers le pays et ce durant quinze jours.
La thématique utilisée pour cette présente campagne s’inscrit d’ailleurs dans cet esprit : « Il s’agit de montrer des Mauriciens qui ont des divergences de points de vue sur mille sujets, mais qui sont pour un test de dépistage du sida. » (voir plus loin) Mme Pathack poursuit : « Le dépistage permet à chaque Mauricien de connaître son statut sérologique. C’est aussi un moyen de protéger les autres en réduisant les risques de propagation du virus. »
34 points de dépistage (hôpitaux, centres communautaires, et l’ONG PILS, nommément) sont actuellement opérationnels et seront mis à contribution durant ce mois consacré au dépistage volontaire. « Notre action s’inscrit dans le sillage du thème de la dernière Journée Internationale de la Lutte contre le Sida, qui était « Objectif zéro » : zéro nouvelles infections, zéro discriminations et zéro décès lié au VIH & Sida », ajoute encore notre interlocutrice. Les centres de Rodrigues seront également opérationnels.
« Le dépistage et le counselling sont deux éléments clés pour parvenir à avoir une attitude responsable et un changement de comportement envers le virus, indique aussi Mme Pathack. D’où notre engagement en ce sens. »
Dans un deuxième temps, poursuit la responsable du NAS, « nous allons vers l’enregistrement des ONG qui offrent les services de dépistage. Cela ouvrira encore plus le champ d’activités et offre plus de perspectives aux Mauriciens d’aller se faire dépister. »
Cette présente campagne est le fruit d’une collaboration entre le NAS et le ministère de la Santé. Elle s’inscrit dans le cadre des activités financées par le fonds global pour la lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria.