Photo iillustration

Le consortium du système sous-marin de fibre optique METISS a confié la construction de cette infrastructure télécom à très haut débit aux sociétés Alcatel Submarine Networks et Eletra TLC SPA. Telma, de Madagascar, CEB FiberNET et Emtel, de Maurice, Canal+ Telecom, SFR et ZEOP de la Réunion ont regroupé leurs forces pour répondre au besoin de connectivité numérique régional alors que les câbles actuels ne sont pas loin d’être périmés.

Un communiqué de la Commission de l’océan Indien (COI) indique que les opérateurs des télécommunications membres du consortium ont signé le 1er février un contrat pour la construction du câble sous-marin éponyme. La durée des travaux de construction du câble METISS n’a pas été dévoilée, mais la mise en service de l’infrastructure, longue d’environ 3500 km, est prévue pour 2019. D’une valeur financière globale de près de 75 millions d’euros, le câble METISS bénéficie du soutien financier de l’Union européenne et de l’Agence française de développement (AFD). Il reliera Maurice, la Réunion et Madagascar, au continent africain, pour se connecter aux autres câbles internationaux. Il fournira une vitesse de connexion de 24Tbps.

Pour mémoire, lors de la cérémonie de signature du protocole d’accord de coopération pour l’installation du câble METISS, le 29 juin 2016 à Antananarivo, Jean-Claude de l’Estrac, alors secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, s’était réjoui de cette coopération technologique. Il avait déclaré que « cet accord historique […] modifiera profondément le paysage numérique régional et permettra la démocratisation de l’accès au très haut débit au bénéfice des populations et des acteurs économiques ».