Moins de deux ans après la conclusion d’un accord de libre échange (Free Trade Agreement), Maurice et la Turquie vont donner un nouveau coup de pouce à leur coopération. Les deux pays signeront en effet la semaine prochaine, à Istanbul, un accord cadre sur la coopération en matière commerciale et économique, ainsi qu’un accord de promotion et de protection des investissements.
Une forte délégation mauricienne fera le déplacement à Istanbul la semaine prochaine pour un double événement, prévu le 7 février : d’abord un accord cadre sur la coopération en matière commerciale et économique ; ensuite un accord de promotion et de protection des investissements (Investment Promotion and Protection Agreement). La délégation sera dirigée par le ministre des Affaires, de l’Intégration régionale et du Commerce international, le Dr Arvin Boolell, et comprendra également le directeur de la Trade Policy à ce même ministère, Assad Bhuglah, le secrétaire général de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry, Mahmood Cheeroo, le président du Board of Investment, Maurice Lam, le président d’Enterprise Mauritius, Amédée Darga, la directrice de la division Policy and Planning de la BOI, Nirmala Jeetah, et le directeur du National Computer Board, Dan Faugoo.
Les deux accords seront paraphés par le ministre Arvin Boolell et le ministre de l’Économie de la Turquie, Zafer Çaglayan. Dans les milieux mauriciens, on considère que la signature des deux nouveaux accords représente « an addition step in fostering relations between our two countries », après celle intervenue en septembre 2011 portant sur le libre échange d’un grand nombre de produits fabriqués par les deux pays. Les négociations concernant l’accord cadre sur la coopération commerciale et économique ont été conclues en janvier 2012 et prévoient une consolidation des liens de coopération dans divers domaines ainsi que l’exploitation des opportunités d’exportation vers la Turquie par des entreprises mauriciennes.
L’accord-cadre permet aux deux parties de travailler ensemble pour l’identification des domaines de coopération, en particulier pour accroître l’investissement. Les secteurs couverts par l’accord en question sont : l’agriculture, la pêche, l’industrie et, surtout, le développement des petites et moyennes entreprises, la science et la technologie, l’éducation et la santé.
« The Framework agreement will also help to create synergies between the business community of both countries and to see together where joint venture projects could be promoted and what needs to be done to increase trade flows and remove any non trade barriers », indique-t-on dans les milieux officiels mauriciens. Sont ainsi prévues, dans le cadre de la « mission Boolell », des sessions de travail avec la communauté des affaires en Turquie en vue de baliser les secteurs où des investissements peuvent être concrétisés, offrant également des perspectives intéressantes sur le plan commercial.
Les corps parapublics représentés au sein de la mission signeront aussi séparément des protocoles de coopération (Memorandum of Understanding) avec des institutions de la Turquie. On annonce dans ce contexte un MoU entre la Turkish Investment Support and Promotion Agency et la BOI, alors que du côté du secteur privé, la MCCI signera un MoU avec la Turkey Chamber of Commerce.
Par ailleurs, la délégation mauricienne évoquera avec les autorités turques la mise en oeuvre de l’accord de libre échange entre les deux pays. Maurice attend que la Turquie apporte la touche finale à ses procédures internes pour la mise en route de l’accord.
Le FTA permettra à Maurice de jouir d’un accès hors taxes sur tous ses produits industriels, incluant des produits clés tels le denim (textile), les bijoux et les articles en cuir. La Turquie a accordé un accès préférentiel à une panoplie de produits agricoles, dont le thon, l’anthurium et les fruits tropicaux.