Le Premier ministre indien Narendra Modi vient d’annoncer que tous les détenteurs de la People of indian Origin (PIO) cards vont bientôt bénéficier de « lifetime visas ». Cela inclut donc les 867 220 (PIO – « assumed ») Mauriciens de naissance  HYPERLINK « http://moia.gov.in/writereaddata/pdf/NRISPIOS-Data%2815-06-12%29new.pdf » \t « _blank » http://moia.gov.in/writereaddata/pdf/NRISPIOS-Data(15-06-12)new.pdf. Si tu ne te comptes pas, on te compte… J’estime donc que nous serons 399 220 concernés par la Décennie des Peuples d’Ascendance Africaine (PAA) proclamée par la 68eme AGNU (GA/SHC/4084 2013).   Le rapport de L’African Peer Review Mechanism nous ridiculise en nous expliquant comme à des enfants du cycle primaire, qu’il n’est pas « easy » de vérifier que nous atteignons nos buts si nous n’avons pas des « disaggregated data » exactes. (80/105). A cette réunion, nous n’étions que deux « people of African descent »…
Rezistans ek Alternativ (R&A) n’est pas parvenu à nous imposer sa conception d’un humanisme monocolore en défalquant une partie du texte de la HRC qui mentionne un ethnic census. Mais la vraie victoire de R&A a été de démontrer qu’un petit groupe déterminé peut faire intervenir des instances des NU dans notre lutte pour la démocratisation du pays.
Modi nous a downloaded de notre cloud. On ne débat pas de ce qu’être morisien. Nous nous sommes donné naissance comme peuple sans l’aide d’aucun institut. Comme tout bébé, c’est dan tombeleve que nous finirons par apprendre à marcher droit. Au placard ces masochistes qui s’exclament « nous sommes tombés aussi bas » à chaque fois qu’un bandit commet un crime… Ce simelalimier que nous découvrons quand nous regardons en arrière – les accapareurs de tous bords veulent la dévoyer. Première tâche : les débusquer. Ce sont eux les coupables, pas nous. Les prédicateurs qui nous demandent de garder les yeux fixés sur nos petits péchés, nos idiosyncrasies et de nous culpabiliser jusqu’à nous abimer la poitrine sont leurs complices.
Au jour le jour, pouce par pouce, nous avons construit cette nation après le traumatisme des bagarres politiques (et non raciales) de 1968. Nous l’avons fait avec d’autres de chair et d’os, pas des icônes désincarnés. Ne nous volez pas nos succès. En 1999 c’est à Jean Margéot que j’ai fait appel pour les funérailles de Kaya alors que nous risquions l’explosion des citernes d’essence. Parce qu’il avait découvert la force de notre culture créole et s’était connecté à elle. Nous, le peuple morisien,  avons inventé ce qu’Emmanuel Richon appelle lakorite – pas « l’interculturel ». Construction jamais terminée, fragile, enthousiasmante, désespérante at times pour faire exister une nation enracinée dans les droits humains. Une nation débarrassée des chaînes de la colonisation mentale. Simelalimier pour mettre au monde un pays d’équité. Equity : Equal access to and control over ressources pour tous et toutes.
 
De l’utilisation du Père Laval