La Police et les différents stakeholders tels que les pompiers, les équipes d’intervention et de secours ont testé hier matin leurs différentes procédures en temps réel lors d’un exercice de simulation de glissement de terrain au Morcellement Hermitage, Coromandel. Un tel risque est bien présent dans cette région depuis que des promoteurs y ont effectué des travaux d’extraction de rochers sur des terrains en pente sur plusieurs arpents, rendant cette zone instable, et ce alors même que des habitations sont situées en aval et en amont.
L’exercice de simulation en temps réel a débuté avec un appel enregistré à l’Information Room de la Police d’un habitant du Morcellement vers 9 h 30 hier au sujet d’un glissement de terrain avec des coulées de boue, de roches et de débris dans la zone. Durant la catastrophe, plusieurs habitants se sont retrouvés pris au piège. Des unités de la Police, sous les commandes du Chef Inspecteur Musoohur de la police de Coromandel et des Fire Services ont été mandées sur place. La normal team des Casernes des pompiers de Coromandel est arrivée sur les lieux et a été renforcée par la specialised rescue team de cette même unité. Tandis que la police se chargeait de l’évacuation des habitants en les alertant avec le moyens d’un haut parleur, les sapeurs-pompiers ont déployé rapidement leurs opérations de Search and Rescue, dirigées par le Divisional Fire Officer, Dorsamy Ayacooty. « C’était un exercice délicat car il s’agissait d’un glissement de terrain avec des éboulements qui a sinistré toute la région », a expliqué le Divisional Fire Officer. La première étape urgente consistait en la recherche des blessés. Des habitants étaient présents pour jouer les victimes et un groupe d’élèves de l’école maternelle Les anges au manège ont joué aux rescapés.
Bilan de la supposée catastrophe : 6 blessés, tous des hommes, et un mort, un enfant, dont le corps a été enseveli dans la coulée de boue. Certaines victimes étaient inconscientes tandis que d’autres présentaient des saignements et des fractures multiples graves. Les premiers soins leur ont été prodigués sur place par les pompiers. Les blessés graves, une fois identifiés et mobilisés, ont été transportés dans des ambulances du SAMU et les services d’urgence de l’hôpital Jeetoo ont pris le relais. Les blessés moins graves pour leur part ont reçu les soins nécessaires à l’Assembly Point improvisé près de la Boulangerie de Coromandel par les secouristes de la St-John Ambulance — où étaient également rassemblés les rescapés. À l’intérieur des ambulances, les signes vitaux des victimes ont été stabilisés et les blessures identifiées.
Une fois les blessés transportés à l’hôpital Jeetoo, Port-Louis, les pompiers ont poursuivi les opérations en vue de détecter toute menace sur la région et l’environnement, comme des fuites de carburant, entre autres.
Test du “multi-agency plan”
Plusieurs stakeholders ont été mis à contribution dans le cadre de cet exercice de simulation : la Special Mobile Force (SMF), la Special Supporting Unit (SSU), la Croix Rouge, qui a imaginé le scénario, la Scene of Crime Officers (SOCO) et la Central Water Authority qui a également été mandée sur les lieux. Une équipe d’intervention du Central Electricity Board (CEB) s’est chargée pour sa part d’interrompre la fourniture électrique et d’identifier des lignes et pylônes endommagés qui pourraient représenter un risque pour la région et tout le réseau. Les chiens renifleurs de la Dog Unit de la Police ont aussi été mis à contribution en vue de retrouver d’éventuels cadavres ou personnes bloquées sous les débris et coulée de boue.
Les officiers de la National Coast Guard (NCG) ont apporté leur concours vu que des corps auraient été emportés par la rivière à proximité. Un heavy duty boat, dépêché du port, attendait à l’embouchure de la Grande-Rivière-Nord-d’Ouest (GRNW) en vue de repêcher les corps. Le Morcellement Hermitage n’étant doté que d’une route de sortie, on a eu d’autre choix que d’utiliser la rivière comme voie d’évacuation alternative, a expliqué un officier de la NCG.
Lors du débriefing à l’issue de cette opération, le chef inspecteur Moosohur, a remercié les différents partenaires qui ont participé à cet exercice de simulation de glissement de terrain qui a permis à tous d’éprouver leur réponse opérationnelle et de mettre en oeuvre leurs plans d’action et d’évacuation en cas de catastrophe réelle. Le Divisional Fire Officer, Dorsamy Ayacooty, rappelle de son côté que ces exercices permettent de mettre à l’épreuve le multi-agency plan. Si l’opération s’est déroulée à la satisfaction de toutes les parties et leur a permis de mettre en exergue les différentes difficultés qui peuvent se présenter et de signaler les points de vigilance les plus importants, une faille a toutefois été notée au niveau de la communication.
La présence du maire de Beau-Bassin-Rose-Hill, Toussaint André, du conseiller municipal, Hayat Sairally, des députés de la circonscription N° 20, Franco Quirin et Rajesh Bhagwan, n’est pas passée inaperçue hier matin.