Le ministre de l’Environnement, Etienne Sinatambou, a indiqué que des Mauriciens seront « formés par la compagnie hollandaise experte dans la gestion des drains ». C’était lors de son intervention au parlement hier, dans le cadre des débats sur le texte de loi de la LDA.
Etienne Sinatambou a noté qu’un accord-cadre de coopération a été signé en ce sens en janvier 2016. « Cela concerne la formation et le renforcement des capacités dans le cadre de la gestion des désastres et autres catastrophes naturelles », a-t-il précisé.
Le ministre Sinatambou a souligné qu’ « il n’est pas juste de dire qu’il n’y a pas de représentant de l’Agriculture, des Pêcheries ou un ingénieur sur le conseil d’administration de la LDA puisqu’avec l’approbation du ministre, le texte de loi prévoit que le conseil d’administration inclut toute autre personne related to the matter ». Pour lui, « il est clair que nous avons besoin d’une autorité coordinatrice » vu que la Road Development Authority et la National Development Authority sont concernées par la gestion, la maintenance et le nettoyage des drains. Il affirme que le rôle de la LDA sera de s’assurer de l’accomplissement des travaux. Il déplore que les personnes employées pour ces tâches soient obligées d’agir comme éboueurs. Aucun effort ne sera épargné, affirme le ministre, et dorénanvant la LDA s’assurera que tel ne sera plus le cas. Il s’est appesanti sur les effets du changement climatique pour soutenir la nécessité de se doter de cette instance, Maurice étant l’un des premiers pays à signer et à ratifier l’accord de Paris sur les effets du changement climatique. Il estime en outre qu’il faut faire un inventaire de tous les drains naturels et construits qui existent dans le pays et élaborer un Land drainage master plan.