Ils ne seront plus que neuf à se disputer l’épreuve phare du cinquième acte suite au retrait d’Acuppa. Après avoir épinglé La Coupe du Cent-Cinquantenaire lors du précédent rendez-vous, Ramapatee Gujadhur possède en Tandragee une chance de premier ordre de remporter une nouvelle course principale mais il devra rester sur ses gardes car ses adversaires ne viendront pas avec la fleur au fusil.
Huitième à 4L de Love Struck dans la Coupe d’Or 2014, Tandragee n’avait pas démérité pour autant si l’on considère qu’il avait dû prendre le train à son compte avant de se retrouver à la merci des finisseurs ce jour-là. Avec la ribambelle de frontrunners qui seront présents samedi, l’alezan est assuré d’avoir du pas et devrait faire valoir sa bonne pointe de vitesse dans l’emballage final. Quand on sait qu’il court généralement bien sur sa fraîcheur, il paraît en mesure de remporter cette coupe ô combien symbolique pour son entraîneur qui n’est autre que le fils de Sir Radhamohun Gujadhur !
Il sera aidé dans sa tâche par Eskimo Roll, le spécialiste de la distance. Avec la présence d’autres coursiers véloces au départ, il devra probablement se résoudre à évoluer dans le dos des meneurs avant d’essayer de prendre le first run sur ses adversaires. Il sera difficile à remonter dans de telles circonstances.
 Ryder Cup n’avait pas démérité pour son retour à la compétition et il pourrait également adopter cette même tactique. Avec déjà une course sous les sabots, le cheval de l’année 2014 semble dans de meilleurs dispositions et tentera de piéger ses rivaux au démarrage. Si on le laisse faire avec son faible handicap sur le dos, il pourrait ne pas être rejoint.
Twitter sera la doublure de Shailesh Ramdin. Redoutable sur le kilomètre, l’alezan s’est montré moins à son affaire sur la distance du jour. Avec les false rails placés à 0m75, il pourrait tenter de fausser compagnie à ses adversaires mais ses chances de réussite dépendront de sa capacité à bien doser ses efforts tout au long de l’épreuve.
Abignton est un autre coursier qui devrait tirer avantage du handicap pour s’illustrer en cette compagnie relevée. Même s’il demeure essentiellement un miler, le protégé d’Alain Perdrau a été rarement ridicule sur le sprint. Il a d’ailleurs débuté victorieusement sa campagne 2014 sur 1365m. La marche semble certes plus élevée cette fois mais il profitera d’un train lancé pour faire sentir sa présence au finish.
Kruger Rand est le seul coursier du lot à avoir déjà gagné cette saison, même si c’était dans une valeur inférieure. L’élève de Patrick Merven, qui sera orphelin de Cédric Ségeon samedi, se fiera à son puissant finish pour venir damer le pion aux favoris. Si la course est lancée sur de bonnes bases, il faudra compter avec lui. Il en est de même pour Casey’s War qui avait besoin de sa course de rentrée pour retrouver ses bonnes sensations. Même s’il sera confronté à un plateau de choix, nous ne prendrons pas le risque de l’éliminer car il a déjà prouvé qu’il avait du coeur à en revendre.
Albert Mooney en sera à sa première incursion cette saison. Auteur de plusieurs galops intéressants au cours de sa préparation, il devrait avoir son mot à dire mais il aura le désavantage de rendre du poids à tous ses rivaux, ce qui risque de lui compliquer sensiblement la tâche. Quant à Mining Prospect, il n’a pas pesé lourd dans la balance il y a trois semaines. Face à l’opposition du jour, il devra être à son meilleur niveau pour pouvoir prétendre à la victoire.