Deux ans après les deux premiers lauréats du Sir Abdool Raman Osman State College (SARO), sis à Phoenix, Vivek Badreesing et Jasan Thondee ont à nouveau fait briller le nom de ce jeune établissement scolaire secondaire. Le premier est lauréat côté économie tandis que le second, lui, décroche la bourse côté Arts.
Ses profs, en l’occurrence Rina Badal, Dorita Phoolchund et Nazneen Husnoo, confient : « Jasan est un garçon tellement appliqué et hors de l’ordinaire. Nous avions toutes de grandes attentes pour lui et c’est vraiment une super récompense à son énorme potentiel. » En revanche, ajoutent-elles : « Pour Vivek, c’est vraiment une très grande surprise ! Nous savions qu’il était très doué. Mais il nous a véritablement surpris ! » Ce que confirme Nemika Badreesing, soeur aînée de Vivek, elle-même classée 7e côté économie en 2011 : « Vivek lui-même ne s’attendait pas à être lauréat. Quand on a appris la nouvelle, on n’a pas pu s’empêcher de fondre en larmes… »
En effet, le début de l’année cruciale de 2014 a été une énorme épreuve pour le jeune Vivek : « Il était très malade, confient Nemika et Kalyanee, sa mère. Il a raté au moins deux semaines de classes. » Et Nemika de poursuivre : « Du coup, il n’avait plus confiance en lui-même. Mais j’étais convaincu de son potentiel et je voulais tellement qu’il réussisse là où, moi, je n’ai pu le faire. » Et la mère de Vivek de confirmer : « Nemika s’est occupée de lui comme s’il s’agissait de son propre fils. » Vivek Badreesing, ému et porté en triomphe par ses camarades du SARO SC, n’arrêtait pas de « remercier mes parents, ma soeur et, surtout, mes profs et le recteur », précisant qu’ils « ont tous été à mes côtés pour m’aider durant cette année, qui a été très dure ».
Quant à Jasan Thondee, qui était en route avec ses parents à l’heure où les étudiants portaient Vivek Badreesing sur leurs épaules, Mmes Badal, Phoolchund et Husnoo ne tarissaient pas d’éloges à son propos « Hors pair ! C’est un garçon extrêmement brillant, mais surtout très modeste, humain et humble. » Rina Badal dira de lui : « C’est un rêve pour tout prof, tant il est très ouvert au dialogue, toujours à nous demander conseil. » D. Phoolchund et N. Husnoo abondent dans le même sens : « C’est un diamant à l’état brut. He fully deserves this chance… Et ce n’est que le début d’une très belle aventure pour ces deux brillants garçons qui font honneur à notre établissement ! »
Abdool Aziz Moosuddee, recteur de SARO depuis 2011, ajoute : « Nous savions que nous avions une petite équipe d’étudiants qui bossaient dur. Et c’est la juste récompense de leurs efforts. C’est le résultat d’un travail très équilibré, tant avec les études académiques que les activités extra-curriculaires. »