Le trio de tête s’est neutralisé hier, leurs gains avoisinant chacun les Rs 340 000, la meilleure récolte revenant à Patrick Merven qui s’est octroyé l’épreuve principale de ce rendez-vous grâce à Skippyjon Jones qui est sur la bonne voie en attendant de viser plus haut au course de la saison. Chez les jockeys, Rye Joorawon a consolidé sa première place grâce à une victoire sur Barney Barnato, mais il est talonné par Jeanot Bardottier qui ne compte qu’un succès de moins après son doublé. Doublé également pour Shailesh Ramdin grâce aux alezans Ek Tha Tiger et Mount Hillaby.
La qualité au rendez-vous dans l’épreuve phare de cette septième journée où l’on s’attendait à une arrivée serrée. On assista finalement à un duel entre les réguliers Skippyjon Jones et Recall To Life, qui relégua le reste du champ aux seconds rôles. C’est le pensionnaire de l’entraînement Merven qui eut le dernier mot au terme d’un meilleur finish. Il en profita pour enregistrer sa quatrième victoire sur notre turf. C’était également la quatrième victoire de Swapneal Rama cette saison.
Bien que les 1500m étaient un peu courts pour Skippyjon Jones à sa reprise, il avait pris une honorable quatrième place, bien qu’il fût incommodé à l’entrée de la ligne droite. Les 100m additionnels étaient à son avantage et avec la présence des véloces Parker, Ice Axe, Kalinago et Vettel, on prévoyait que la course soit lancée sur de bonnes bases, ce qui mettrait à contribution la tenue des participants et avantagerait le futur gagnant. S’il y eut lutte pour le commandement sur les deux premiers furlongs, Parker, le meneur, réduisit considérablement l’allure dans la descente. Dans de telles conditions, on se disait que la tâche des finisseurs, à l’instar de Skippyjon Jones et de Diamond Light, serait compliquée. Brown ne put s’extirper du piège lorsque le sprint fut lancé à 600 mètres de l’arrivée. Pris de vitesse au démarrage, il était toujours avant-dernier à la fin des false rails. Il opta pour l’extérieur, mais Diamond Light, visiblement pas fin prêt, ne put se mêler à la lutte pour la victoire. Cependant, il conserva sa régularité légendaire grâce aux bras de Brown. Skippyjon Jones démarra, lui, plus tôt et il était déjà derrière le trio Parker-Vettel-Kalinago à l’entrée de la ligne droite finale. Rama dut diriger sa monture à l’extérieur de Kalinago afin de pouvoir prolonger son effort. Entretemps, Recall To Life s’amenait entre Parker et Vettel. Le favori mit le nez à la fenêtre à mi-ligne droite, mais il ne put contrer le finish de Skippyjon Jones qui grignotta du terrain à chaque foulée, bien que dérivant sur sa droite. Voyant qu’il avait course gagnée, Swapneal Rama célébrait déjà, la cravache levée, à quelques dizaines de mètres du but. Ce geste lui coûta une amende de Rs 10 000 après qu’il eut plaidé coupable sous la règle 53 (j) du MTC for making a celebratory gesture in an excessive manner for 7 strides before the winning post. Skippyjon Jones aura, lui, réussi avec brio ce test sur un 1600m qui, à coup sûr, n’est pas son parcours de prédilection. Une victoire qui lui permet de se rapprocher de sa qualification pour le Maiden, son principal objectif pour 2015.
Doublé de ?Shailesh Ramdin
C’est sous une pluie fine et une piste molle à 3 unités que démarra ce septième acte. En l’absence de son récent vainqueur, Generous Gent, Port Albert était offert comme le grand favori pour la victoire, mais il passa à côté de la plaque. Interrogé sur cette contre-performance, Joorawon dira qu’il décida de reprendre sa monture à partir des 1000m vu que Torero se rapprochait à son extérieur et que par la suite Port Albert perdit son mors et refusa de répondre à ses ordres. C’est Ek Tha Tiger qui émergea du lot pour ouvrir son palmarès et offrir à Jean Roland Boutanive son premier succès 2015. Le cavalier attaché à l’entraînement Shailesh Ramdin monta une course parfaite d’abord en positionnant sa monture dans le dos du favori. Ensuite, lorsque Port Albert fut débordé par Mc Naught et Torero, il ne paniqua pas et attendit les derniers 350m pour déboiter Ek Tha Tiger qui se montra le plus percutant pour l’emporter facilement. Les 1365m furent couverts dans le temps modeste de 1.26.18.
Les couleurs de Paul Foo Kune brillèrent à nouveau avec Mount Hillaby qui démontra que sa récente victoire sur le kilomètre n’était pas le fruit du hazard. Vu l’état de la piste et la présence des false rails à 3,50m, on craignait que cet élève de Shailesh Ramdin montre des limites, mais il surmonta ces difficultés pour s’imposer facilement. Brown gagna probablement la course aux 300m lorsqu’il sollicita sa monture qui transperça le peloton. Pris de vitesse, ses adversaires ne purent que lutter pour les places. Le nouveau Rameshwar Gujadhur Scorecard conclut honorablement mais il ne fut pas en mesure d’inquiéter Mount Hillaby. Le gris Headstrong Harry, qui effctuait également son baptême du feu et qui s’était fait de nombreux partisans, se contenta de la troisième place devant Shanghai Kid. Son compagnon d’écurie Mountain Thunder, qui avait longtemps été aperçu sur le flanc du meneur, fut victime d’un massive bleeding attack. A 100 mètres de l’arrivée, il tituba et s’effondra, projetant à terre Rye Joorawon qui s’en sortit fort heureusement avec quelques contusions seulement. Mountain Thunder fut enthanasié.
Le départ de la quatrième épreuve fut retardé de plusieurs minutes vu que Laser Bolt dut être referré avant de quitter le rond des présentations. Rye Joorawon rechaussa, lui, vite les étriers et il ne laissa pas passer sa chance pour accentuer son avance en haut du tableau sur Barney Barnato qui restait sur une victoire et une deuxième place cette saison. La course fut pratiquement réduite à un sprint sur 600 mètres, car Brave Leader réduisit l’allure dans la descente après avoir fourni un effort pour s’emparer du commandement vu que Supersonic Sam ne lui céda pas facilement la corde. Laser Bolt profita du manque de rythme dans la descente pour améliorer sa position. Lorsque le gris entraîné par Ricky Maingard prit l’avantage à la route, on le voyait capable de tenir jusqu’au bout, mais il marqua le pas. En revanche, Barney Barnato sortit un joli coup de reins pour s’en aller gagner avec une certaine assurance en dépit du fait qu’il versa à l’intérieur.
L’état de la piste s’était déjà détérioré après le déroulement de l’épreuve d’ouverture. Ce qui poussa plusieurs jockeys à faire courir leurs chevaux en épaisseur. On peut toutefois penser que leur choix ne fut pas judicieux, car la victoire se joua entre ceux qui avaient opté pour le chemin le plus court. Destiny’s Tale fut le premier à être dirigé à l’extérieur en début de descente. Il fut suivi par une partie de ses adversaires contrairement à Halabaloo, Wind Glider et Don’t Say Don’t qui demeurèrent à la corde, parcourant ainsi moins de terrain dans le tournant dernier. Un choix intelligent puisque ces trois chevaux furent parmi les principaux animateurs de la ligne d’arrivée. Parmi ceux évoluant en épaisseur, seul Seven Fountains prit une part active à l’arrivée, mais le but arriva visiblement trop tôt pour ce nouvel élève de Rameshwar Gujadhur.
Bardottier ?se rapproche ?de Joorawon
Bardottier doubla la mise sur Snappy qui fit oublier sa modeste course de rentrée à l’issue de laquelle il avait boité. Face à la vitesse initiale de The Pieman, Jeanot Bardottier n’eut d’autre choix que de placer dans monture dans le dos du favori. On pensait qu’une fois les choses en main, Joorawon laisserait souffler sa monture dans la descente, mais il fila les rênes à The Pieman qui imprima un une allure régulière. Bardottier déboita aux 350m Snappy, qui aborda la dernière courbe botte à botte avec The Pieman. Ce dernier se battit courageusement, mais sous la monte énergique de Bardottier, le fils de Strike Smartly prit l’avantage pour s’offrir son dixième succès sur le parcours du jour.
La septième épreuve revint à Kapiti Coast, délaissé cette fois, qui surclassa le lot en s’imposant par une confortable marge, complètement à l’opposée de sa dernière performance où il avait été battu par plus de 6L. Une enquête a été ouverte par les commissaires par rapport à cette performance.
Après trois semaines sans, Ricky Maingard et Brandon Lerena ont retrouvé le sourire grâce à Rebel’s Game, qui s’adjugea l’épreuve de clôture. Ce coursier, qui était très chuchoté à ses débuts, montra un meilleur visage cette fois pour prendre la mesure de Wind Power. L’élève de Shailesh Ramdin qui était confié à Naiko fut contraint de faire les extérieurs dans la dernière courbe et cet effort, il le paya dans l’emballage final. Car Wind Power mit le nez devant à un certain moment, mais Rebel’s Game reprit l’avantage peu après. A 50m de l’arrivée, dans un geste désespéré, Wind Power tenta même de mordre son adversaire, ce qui lui fit perdre plus de terrain sur la fin.