Cri d’appel des manifestants dans une lettre aux PM, ministre des Îles éparses et leader de l’opposition : « Il y a une limite à tout, on n’en peut plus. À quel saint se vouer ? »
Une centaine d’habitants des trois villages à Agalega se sont dirigés tôt ce matin vers la Grande Case (l’île du nord) où se trouve le quartier général de l’administration de l’île pour protester contre ce qu’ils qualifient d’« indifférence du gouvernement » à leurs « souffrances quotidiennes ». C’est la première fois que la population se mobilise en grand nombre pour réclamer un meilleur traitement des autorités. Les organisateurs de ce mouvement ont adressé ce matin une pétition sur les revendications des habitants au Premier ministre Navin Ramgoolam et annoncent la tenue d’une autre manifestation jeudi prochain au cas où ils n’obtiennent pas de réponse.