Dans une lettre remise ce matin au directeur général de la Mauritius Commercial Bank Ltd à l’issue d’un sit-in qu’ils ont organisé devant le siège social de la banque, les Verts Fraternels demandent à la MCB de considérer la contribution des descendants d’esclaves à sa richesse. La MCB n’a pas souhaité réagir.
« 1837 : Kapital MCB = Konpansasyon pou liber nou anset », « Nou soufrans pli gran ki zot mepri », « 197 banane esklav inn travay pou kado », « Fleo sosyal pa nou destin : nou pe lite pou retrouv nou dinite », « Nou refiz dimann sarite »… C’est en brandissant des pancartes avec de tels slogans qu’une cinquantaine de membres des Verts Fraternels (VF) ont effectué ce matin un sit-in, en silence, sur le trottoir en face du siège de la Mauritius Commercial Bank Ltd, à la rue Sir William Newton.
« Nou sit-in li silansie, li non violan… Zordi deziem fwa nou divan la MCB… Nou espere pa pou bizin ena enn trwaziem fwa », a lancé à travers un porte-voix le leader des VF, Sylvio Michel, à ses partisans.
Retraçant l’histoire de la MCB, Sylvio Michel a soutenu que cette banque a été fondée grâce aux indemnités obtenues des Anglais par les colons dans le sillage de l’abolition de l’esclavage et de la libération de leurs esclaves. « Kan Angle proklam l’abolisyon esklavaz en 1835, inn donn bann proprieter esklav konpansasion pou ki zot aksepte liber zot esklav. Proprieter esklav inn fer enn petision Gouverner Nicolay e la Renn Victoria donn zot drwa ouver sa labank-la », explique-t-il.
Le leader des VF a argué que de 1838, date de sa création à ce jour, la MCB « n’a jamais rien fait pour les esclaves, ni pour les descendants d’esclaves ». « Pandan 197 an, zot pa finn fer narien », a-t-il insisté. « Ni bann gouvernman kolonial, ni bann gouvernman indepandan suksesif, zot osi zot pa finn fer narien pou bann desandan esklav », a-t-il poursuivi.
Selon Sylvio Michel, non seulement le capital de la MCB a-t-il été constitué, au début, grâce aux indemnités versées aux propriétaires d’esclaves, mais pendant 197 ans, cette banque a fait fructifier cet argent obtenu grâce au sang et à la sueur des esclaves.
« Nou pe depoz enn let o direkter MCB e nou pe dir li ki finn ariv ler pou ki zot fer kiksoz pou ed redress tor ki finn fer bann desandan esklav ».
Dans cette lettre remise à la direction de la MCB (voir encadré), les VF retracent d’abord la « lutte pour la reconstruction de la mémoire de l’esclavage et le paiement d’une compensation aux descendants d’esclaves ».
« Il n’a pas suffi que “nou granfami” aient travaillé 197 gratuitement, leur liberté a fait l’objet d’une compensation financière qui a servi à la constitution du capital de la prestigieuse banque qui n’a pas cessé depuis de financer de nombreuses activités économique du pays », écrit encore Sylvio Michel.
Le leader des VF exhorte par conséquent la direction de la MCB à « considérer sérieusement d’abord, la part de nos ascendants dans le capital financier qui a fondé la MCB, puis, les richesses que ce capital a permis de générer depuis, et enfin, la manière dont les descendants d’esclaves peuvent désormais en bénéficier ».
Sollicité, le département de communication de la MCB nous a fait comprendre que la direction de la banque ne souhaitait pas faire de commentaires.