Brossant un tableau des événements politiques durant la semaine qui s’achève et la mobilisation en cours en vue du rassemblement du remake MSM/MMM pour la Fête du Travail, Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, évoque ce qu’il trouve être « le début de la fin de règne de Navin Ramgoolam ». Pour lui, le rassemblement du 1er mai de l’Opposition parlementaire MSM/MMM à Port-Louis est un rendez-vous « décisif » pour l’évolution de la situation politique locale. Selon le leader de l’Opposition, le Premier ministre « qui ne contrôle déjà plus grand-chose » sur le plan politique « ne contrôlera plus rien » à compter la Fête du Travail. M. Bérenger réaffirme, par ailleurs, que les nominations faites pour la constitution de l’Equal Opportunities Commission sont « illégales » dans la mesure où, répète-t-il, il n’a pas été consulté. Aussi, il laisse entendre qu’il se réserve le droit de témoigner si, demain, une personne insatisfaite choisissait de contester la légalité de cette Commission.
Evoquant la situation politique, M. Bérenger est d’avis que l’Opposition aura véçu une semaine « plutôt extraordinaire » marquée, selon lui, par deux succès « retentissants »: l’Assemblée des délégués du MMM et la conférence de presse conjointe du remake MSM/MMM de 2000. Dans le premier cas, il parle « de succès et d’enthousiasme presque surprenant », alors que par rapport à la conférence de presse conjointe animée par sir Anerood Jugnauth et lui-même, le leader du MMM souligne surtout le fait que l’ex-président de la République se sera montré, d’après lui, « aussi percutant » que dans sa déclaration à la presse lors de sa démission de la Présidence.