Photo illustration

Le Dr Kaushik Reesaul, commissaire du transport, a décidé que six autobus de la CNT desservent la route 137 (Curepipe – Plaine-Magnien- Carreau-Esnouf – Desplaces – Mon-Désert -Mon-Trésor – Camp-Carol – Kenya – Le Bouchon et Carreau-Accacia.

Cette décision a été prise après une rencontre qui a eu lieu le 12 juin dernier entre les responsables de la National Transport Authority (NTA) et une quinzaine d’habitants de ces villages. Le Dr Kaushik Reesaul a adressé une lettre le même jour au “Senior Chief Executive” du ministère des Infrastructures publiques à cet égard. « It was unanimously reported that the six operators presently plying over the convened routes not respecting times tables and approved routes. This is creating high level of social risks such as children and the vulnerable people are being serviced with a bus in the afternoon. Additionally, many persons are deprived from buses in the morning and are very late at work. Elderly people are refused from the bus free travelers. Under the above circumstances, it would be appreciated and as agreed with the inhabitants, that as from 13 june 2018, there will be an urgent and most immediate requirement of NTC buses (6 buses) to share route 137 with the existing bus operators. That will result in the convenience and expectation of the inhabitants, therefore rectifying the present vulnerability and other socio-economic problems. Your most immediate consideration is sought to have the urgent application of section 77 C, so that NTC accordingly provided its services (6 buses) along route 137 as from 13 june ».

Ranjeet Foolchand, représentant des villages de Le Bouchon, Camp-Carol, Carreau-Esnouf, Desplaces, Mon-Désert-MonTrésor, au sein du conseil de district de Grand-Port, se battait depuis 2004 pour que les habitants de ces villages, environ 6 000, ne soient pas pénalisés par l’attitude de certains chauffeurs d’autobus qui desservent la route 137. « Nous sommes satisfaits de la décision du Dr Kaushik Reesaul. Nous lui sommes très reconnaissants. Nous avons attendu plus de 25 ans pour qu’une solution soit trouvée. Nous demandons aux responsables du ministère et à la NTA d’assumer leurs responsabilités. Un mois s’est déjà écoulé et il n’y a aucune trace d’autobus de la CNT sur ces routes jusqu’ici. Nous allons suivre de très près la situation et nous allons prendre les actions qui s’imposent si rien n’est fait », prévient-il. Joyce Lingadoo, une habitante de Le Bouchon, s’est réjoui de cette décision mais elle reste toutefois prudente. « Le jour où apparaît un autobus de la CNT sur ces lignes, je dirai que nous avons gagné une petite victoire. Avec le temps qui court, rien n’est impossible. On ne devrait pas s’étonner si une autre décision était prise dans les jours qui viennent. Attendons voir. »

Le 12 février 2014, soutenus par le Regrupman Travayer Soyal (RTS), les habitants de ces six villages, munis de pancartes, avaient manifesté devant le Parlement pour attirer l’attention du gouvernement sur le problème de transport.