Mardaye Kalingi, âgée de 40 ans, habitant Morcellement St André, a été appréhendée dans la soirée de vendredi sur la base d’indications recueillies par la MCIT. Toutefois, son interrogatoire, qui s’est déroulé dans la nuit de vendredi et dans la journée de samedi, n’a pas encore permis de percer le mystère du meurtre de Mantee Murchoyea, aussi connue sous le nom de Bindu.
L’habitante de Saint-André, qui a été présentée devant la Bail and Remand Court sous une accusation provisoire de Conspiracy dans ce meurtre, a été maintenue en cellule policière. Les enquêteurs de la MCIT soupçonnent que cette prévenue détient des informations cruciales au sujet des whereabouts de la victime dans la journée du dimanche 23 février, soit juste avant le meurtre. Elle nie les allégations retenues et affirme n’avoir rien à se reprocher dans ce crime des plus macabres.
L’arrestation de Mardaye Kanlingi intervient juste après l’audition d’un témoin-clé, soit la personne qui aurait révélé à l’épouse du receveur d’autobus que celui-ci entretenait des relations extra-conjugales avec la victime, habitant Petite-Rivière. Mais dans les milieux des enquêteurs, l’on soutient qu’il n’y a aucune relation de cause à effet entre cette audition se déroulant jeudi et cette première inculpation provisoire d’hier.
Depuis le lundi 24 février dernier, la MCIT et le CID de la Western Division ont procédé à l’audition de plus d’une vingtaine de personnes sans avoir eu recours à des inculpations ou encore de détention policière. Le receveur d’autobus a été entendu à plusieurs reprises sur des détails capables d’élucider cette énigme.
Ces derniers temps, les hommes du CI Rugbur et de l’inspecteur Jokhoo s’étaient concentrés sur les secrets du répertoire du téléphone cellulaire de la victime suite à un Judge’s Order. Aucune confirmation si le nom de Mardaye Kalingi figure parmi les derniers contacts de Mantee Murchoyea avant qu’elle ne soit portée disparue et repêchée en treize morceaux dans ce bassin d’irrigation.
Cette première arrestation relance l’enquête sur de nouvelles bases car d’autres opérations coups de poing sur le terrain sont envisagées pour arriver à remonter aux coupables et à établir les circonstances du meurtre. C’est ce qui ressort des milieux proches des enquêteurs durant la journée d’hier.
À ce stade, plusieurs scénarios ont été envisagés pour expliquer l’atrocité de l’acte, de la sorcellerie à la vengeance pure et simple, sans oublier le mobile du vol. Aucune piste n’a été écartée même si six semaines se sont déjà écoulées.