Réunir les acteurs de la scène du slam sur une même plate-forme pour apporter plus de synergie et de dynamisme. C’est la mission du collectif de slam-poésie Mic-Et-Cris, au travers des ateliers visant à vulgariser cette forme d’art. Rencontre avec quelques éléments du collectif.
Le slam ne veut pas se taire. Pour crier encore plus fort, un collectif s’est rassemblé pour porter ses rimes dans une autre dimension. Il veut imposer cet art sur la scène nationale. Après avoir pris en charge le concours de slam interscolaire, en collaboration avec le ministère des Arts et de la Culture, Mic-Et-Cris s’oriente vers des ateliers d’initiation pour populariser le slam.
Collectif
Jamel Colin, Teddy Emilien, Ziad Peerbux, Massila Patten, Giovanni Hope, Samuel Ramdin, Aimée Chasle et Emilie Jean Louis font partie de ce nouveau collectif. Cette structure a été motivée par l’envie de donner plus de “force à ce mouvement”. Le collectif “défend aussi l’idée que le slam n’est pas une affaire personnelle mais un mouvement socioculturel, artistique, éducatif, collectif et humain”. Pendant trop longtemps, les acteurs de cette discipline ont initié des activités de manière individuelle. Avec cette structure, ils veulent être plus présents et plus crédibles dans leur démarche.
La volonté de réunir la famille du slam fut large. Même le “fondateur” du mouvement a été invité à se joindre au mouvement, mais il n’a pas voulu se joindre au collectif pour “divergence d’opinion”. Les autres ont accepté de mettre de côté leurs différences, “au nom du slam”. “Nous avons plusieurs écoles de pensée. Notre vision du slam n’est pas forcément identique, mais nous arrivons à faire abstraction de nos différences pour se concentrer sur nos forces”, souligne Giovanni Hope.
Objectifs
Le collectif de slam poésie a pour but de promouvoir l’art oratoire en proposant une structure locale et une plate-forme régionale, nationale, interîles et internationale pour favoriser le développement du mouvement slam-poésie sur nos territoires. L’association veut aussi organiser des événements, des scènes, des spectacles vivants autour de cet art au niveau national.
Elle souhaite offrir un support artistique, des formations à travers des ateliers et assurer la promotion des artistes, des associations et du slam à Maurice. Mic-Et-Cris veut aussi produire des rencontres, des scènes et des tournois de poésie entre associations, institutions, municipalités, villes et régions.
Ateliers
À partir du septembre, Mic-Et-Cris animera des ateliers de slam à l’Institut Français de Maurice (IFM) pour les amateurs de poésie. Tous les troisièmes samedis du mois, de 14h à 16h, le collectif fera “découvrir ou parfaire la pratique du slam”. Ils lancent un appel : “Experts ou néophytes, retrouvez chaque mois une équipe de professionnels pour vous accompagner dans l’art de la joute verbale”. Cet atelier est ouvert à tous et se veut une initiation basique au mot. “Nous voulons rendre le slam accessible à tous. Nous voulons capitaliser sur nos forces pour élargir l’horizon du slam”, souligne Giovanni Hope.
Slam en scène
Dans l’esprit de décloisonner le slam et le rapprocher vers son alter ego, le hip hop, le collectif veut aussi proposer des séances ouvertes où le slam se frotte aux accords… et pourquoi pas la danse.
La séance Slam en scène est prévue le 24 novembre à l’IFM. Cette soirée marquera la clôture de la première saison du collectif. Une nouvelle saison est en préparation pour 2013 avec le soutien de l’IFM, qui sera le partenaire du collectif dans ses ateliers.