Apple, Samsung, Nokia… Si les géants du monde mobile se partagent la plus grosse part du marché, les “petits” constructeurs asiatiques de smartphones pourraient bientôt changer la donne. Leur atout : leur prix, tout riquiqui.
Plusieurs fois par an, les géants de la planète mobile inondent le marché de nouveaux smartphones, dont les performances n’ont (hélas !) bien souvent d’égal que leur prix. Posséder les derniers fleurons de Samsung, Nokia ou Apple n’est en effet pas à la portée de toutes les bourses. Les petits constructeurs voient là l’occasion de tirer leur épingle du jeu. Proposer des appareils stables, d’un très bon niveau technologique et à petit prix, apparaît comme une niche providentielle pour nombre d’entre eux. Un marché naissant qui pourrait d’ailleurs bien intéresser Maurice, qui – et ce n’est un secret pour personne – lorgne le plus souvent possible le marché asiatique. Or, c’est justement en Asie que des fabricants ont décidé de jouer dans ce registre.
Xiaomi est peu connu en dehors de la Chine, mais le fabricant de smartphones fait des pas de géants en Asie, où les marques régionales défient Apple et Samsung avec des produits high-tech et bon marché. Au premier trimestre de cette année, Xiaomi a d’ailleurs dépassé Apple et d’autres acteurs asiatiques bien établis comme Huawei (Chine) et Sony (Japon) pour devenir le numéro trois du smartphone en Chine, avec une part de marché de 11%, selon le cabinet Counterpoint Technology. Samsung maintient son leadership avec 18%, suivi par le producteur chinois Lenovo avec 12%. Après 18,7 millions de téléphones vendus en 2013, Xiaomi espère en écouler 60 millions cette année et 100 millions en 2015.