Dans la perspective de la mise en application du plan de financement bancaire via des prêts bonifiés aux petites et moyennes entreprises (PME), la Small and Medium Enterprises Development Authority (SMEDA) lance un appel aux institutions financières qui ont accepté de participer à ce programme, d’enclencher dès cette semaine le travail pour en définir les modalités. Indranee Seebun, Managing Director, souligne qu’il ne reste que deux mois avant l’entrée en vigueur du plan prévu pour janvier 2012.
« La SMEDA aura une réunion de travail dès ce mercredi avec un cadre du Budget Implementation Team du ministère des Finances pour discuter des moyens de puiser efficacement des deux fonds mis à disposition des PME, le Resilience Fund et le Bank Financing Scheme », a indiqué au Mauricien ce matin Mme Seebun. « Il s’agira aussi de s’informer sur les institutions qui seront partie prenante dans la mise en application de ce plan de financement ».
Au niveau interne, la directrice de SMEDA a eu ce matin une réunion de travail avec ses proches collaborateurs pour étudier les principaux axes du plan d’action budgétaire pour le secteur. Et de lancer un appel aux autres institutions gouvernementales concernées par la mise en place des deux plans financiers (Enterprise Mauritius, Mauritius Business Growth Scheme, National Empowerment Foundation), ainsi qu’aux banques concernées d’en faire autant. « Il est impératif de débuter le décaissement des prêts dès janvier 2012. Dans le passé, les PME n’ont pu profiter pleinement des divers plans de financement parce qu’on a perdu trop de temps. Il ne faudrait pas répéter l’erreur après le présent budget. Il importe de commencer dès maintenant le travail pour profiter des Rs 7,3 Md du Resilience Fund et des Rs 3 Md que le secteur bancaire a accepté de mettre à disposition des PME. »
Selon les mesures annoncées vendredi par Xavier-Luc Duval dans son Budget 2012-2013, les banques qui participent au plan de financement mettront collectivement à disposition des PME Rs 3 Md sur trois ans, soit Rs 1 Md par an. Les nouveaux découverts et emprunts bancaires de même que le renouvellement des facilités existantes pour les petits et moyens entrepreneurs seront frappés d’un taux de 8,5 % (soit 3 % au-dessus du Repo Rate) au lieu de 14 %, voire plus, comme pratiqué jusqu’ici ; les frais de procédures et autres frais y relatifs seront enlevés. Ces institutions bancaires sont appelées à travailler en étroite collaboration avec la SMEDA. « Cette fois-ci nous comptons bien éviter les problèmes de communication qui ont fait obstacle dans le passé. Nous agirons comme passerelle entre les banques et les PME et encadrerons les entrepreneurs dans leurs démarches en vue d’obtenir les prêts », a déclaré Mme Seebun.