Hans-Otto Schmidt, un Allemand établi à Maurice depuis de nombreuses années, et qui forme des jeunes dans la fabrication de bougies, cherche désespérément un soutien financier pour pouvoir continuer son travail l’année prochaine et au-delà. « J’ai soutenu ce projet de mes propres fonds jusqu’ici mais je n’en peux plus. Il me faut de l’aide immédiatement pour continuer ce travail et créer de nouveaux programmes pour les jeunes Rodriguais dans l’énergie solaire et éolienne », déclare-t-il.
« J’ai monté ce projet non seulement pour aider les défavorisés et les handicapés à Rodrigues mais aussi pour le tourisme de cette île. Les touristes ne verront pas des choses pareilles dans tout l’océan indien », nous a déclaré M. Schmidt lors d’une rencontre. Il ajoute avoir entrepris certaines démarches pour obtenir des fonds de la Corporate Social Responsibility (CSR) mais de par la loi, son entreprise doit avoir existé pendant au moins deux ans avant de pouvoir bénéficier de l’aide financière.
M. Schmidt met l’accent sur le projet de fabrication de chauffe-eau et cuisinières solaires que les jeunes peuvent entreprendre eux-mêmes. « Si je n’avais pas ce problème financier, j’aurais pu me concentrer sur ce projet où j’aurais formé des jeunes dans ce domaine. Ils peuvent les fabriquer pour eux-mêmes sans de grand investissement. Ce sera une très belle aventure pour les jeunes de Rodrigues qui veulent rester dans l’île », dit-il, avant d’ajouter : « Ils ne peuvent pas vivre en cultivant des petits piments. Je peux aider ces gens grâce à mon expérience dans le domaine si on m’aide à poursuivre mon oeuvre et si les entreprises veulent bien nous acheter des bougies. » Notre interlocuteur a également besoin de recruter deux ou trois personnes, surtout des handicapés, pour poursuivre son travail. Hans-Otto Schmidt a une décision importante à prendre d’ici à la fin du mois : poursuivre son travail ou fermer boutique complètement.
Ingénieur de profession, spécialiste en acupuncture et en économie, Hans-Otto Schmidt a beaucoup travaillé en Afrique, particulièrement au Mali, où il a passé sept années. Il est venu à Maurice il y a très longtemps pour le compte de Mauritius Jute and Textiles Industries avant d’aller travailler au Mali, puis pendant dix ans en Turquie, avant de prendre sa retraite à Maurice, au Morne, où il aide les défavorisés. C’est au Canada qu’il a appris à fabriquer des bougies de toutes les dimensions et couleurs. « J’ai monté un atelier de formation à Bel-Ombre puis un autre pour l’APEIM à Trianon. Le tout financé de mes propres économies », dit-il. M. Schmidt a créé deux entreprises, Care-Co et Candleland, qui se chargent de la formation des jeunes. Il a également aidé à monter un orchestre pour les aveugles. Il dit avoir formé de nombreuses personnes et vendu des milliers de bougies à Rodrigues.