Après la lutte contre le VIH/Sida, la compagnie Rogers s’engage dans un nouveau combat : la protection du littoral mauricien. Selon Audrey d’Hotman, manager CSR chez Rogers, le groupe veut en effet stopper la dégradation de l’écosystème sur notre littoral. Une somme de Rs 50 M, sur une période de cinq ans, est ainsi prévue à cet effet.
Selon elle, l’écosystème côtier de Maurice – qui foisonne de coraux, poissons, algues, mangroves et autres espèces animales et végétales – est aujourd’hui gravement menacé. Rogers, ajoute-t-elle, a de fait décidé de faire de l’écosystème côtier « son nouveau fer de lance, en accord avec la vision Maurice Île Durable (MID), qui est un plan d’action national s’échelonnant de 2006 à 2015 et dont le concept est de faire de Maurice un modèle de développement durable en transformant le paysage environnemental, économique et social de notre pays ».
S’agissant de sa stratégie, Rogers veut ainsi laisser de la place à la nature, aider à mettre en place des stratégies opérantes de conservation de la biodiversité et un réseau d’espaces protégés pertinent et bien aéré au niveau local et individuel. « Et au niveau global, l’éducation et la sensibilisation, le soutien à la réconciliation de la protection de l’environnement, le maintien de la biodiversité, le progrès social et les équilibres économiques », a déclaré Audrey d’Hotman. Cette stratégie comporte trois orientations majeures : sensibiliser les citoyens de leur impact sur la dégradation des zones côtières, éduquer aux bons gestes « qui font la différence », et soutenir les actions nationales et communautaires qui iront en ce sens au cours des cinq prochaines années.
Audrey d’Hotman indique que le travail se fera par le biais des Ong et des groupes engagés dans la conservation, mais également en interne par les employés du groupe. « Il sera d’abord question d’une prise de conscience personnelle, à la maison comme sur son lieu de travail. La direction et les employés de Rogers seront partie prenante à la protection et la restauration de notre écosystème en se mobilisant et en initiant des actions avec toutes les parties prenantes », a-t-elle déclaré.
Toutes les entités de Rogers seront ainsi mobilisées à cet effet : Le Domaine de Bel-Ombre contribuera à la réhabilitation de la faune et de la flore endémiques du sud-ouest de l’île dans des espaces tels que la réserve naturelle de Frédérica, Case Noyale, Les Terres de Sept Couleurs et d’autres zones protégées. Sur le plan de la technologie, EIS (Entreprise Information Solutions) protégera le patrimoine des déchets électroniques, à l’instar des batteries, des vieux téléphones portables, des ordinateurs et des imprimantes hors d’usage. Du côté de l’immobilier, Forsite Property se chargera de promouvoir l’île durable par des actions comme l’éducation au public dans ses centres commerciaux, tout en soutenant les Ong oeuvrant dans les régions défavorisées. Sur le plan de la logistique, Velogic s’activera dans le domaine du développement social et communautaire de la zone portuaire en offrant une deuxième vie aux containers qui débarquent. Dans le domaine du tourisme, Veranda Leisure & Hospitality s’attellera, elle, à la protection de la vie marine et des communautés locales par des campagnes de sensibilisation et d’éducation visant les gens vivant à proximité des hôtels du groupe. Finalement, Rogers Aviation agira sur la prévention de la pollution côtière et marine, sensibilisera ses employés et ses clients au recyclage et éduquera la jeunesse à la protection de l’environnement.