Ashock Subron négociateur du HREU dans le cadre de l'affaire Sofitel

Les employés de l’hôtel Sofitel Imperial Mauritius Resort and Spa et les membres de la Hotels and Restaurants Employees Union (HREU),’Employment Relations Act. ’Employment Relations Act.(HREU), menacent d’entrer en grève à compter de la semaine prochaine, 22 décembre si la direction n’accède pas à leurs propositions. Ils ont rejeté unanimement celle de cette dernière, à savoir une hausse salariale de Rs 400 pour la majorité des employés.

Les employés membres de la HREU se sont réunis lundi au cours d’une assemblée spéciale à Flic-en-Flac, où ils ont unanimement rejeté cette proposition d’augmentation de Rs 400. Ils ont par ailleurs voté pour une Last and Final Proposal, soit en premier lieu 20% pour tous les employés en sus de la compensation salariale et de tous les réajustements du National Remuneration Board dans le cadre de la mise en application d’un salaire minimum. Par ailleurs, ils ont voté pour un système d’augmentation annuel (“Annual Increment”) basé sur l’ancienneté et, enfin, pour un accord de deux ans comme préconisé par l’Employment Relations Act.

Les membres de la HREU ont de plus confié un mandat à leurs représentants syndicaux pour le déclenchement d’une grève à partir de la semaine prochaine si la direction de l’hôtel rejette la proposition de la HREU. Selon eux, la réunion tripartite de ce mercredi, convoquée par le ministère du Travail et des Relations industrielles, sera « définitivement la réunion de la dernière chance ». Comme l’a fait ressortir le ministère de tutelle lors de la dernière réunion tripartite, « la balle est désormais dans le camp du patronat ».