Source : www.sofitel-imperial-mauritius.com

En vue de renforcer les relations entre les différents acteurs de son écosystème, le Sofitel Imperial Mauritius Resort & Spa a organisé une soirée sur le thème « Hippie » vendredi dernier. Des airs entraînants des années 80 étaient au rendez-vous.

Une centaine de professionnels du tourisme, d’agents de voyages, de tour-opérateurs ont répondu à l’invitation du Sofitel Imperial Mauritius Resort & Spa. Réunir le temps d’une soirée festive, placée sous le signe de la convivialité, agences de voyages, tour-opérateurs, représentants de la MTPA et de l’AHRIM, a favorisé des échanges d’idées. Tous ont joué le jeu en sortant de leurs placards leurs habits hippies. La fête battait son plein au rythme de la musique des années 80 et les partenaires présents ont participé à des tirages au sort et bénéficié de spa, dîners et séjours dans ce bel établissement hôtelier 5 étoiles. Environ 150 acteurs touristiques ont travaillé d’arrache-pied pour trouver une formule qui permettrait à plus de touristes de visiter le Sofitel Imperial Mauritius Resort & Spa.

Fort de ses 28 ans de présence, le Sofitel fait partie des références sur tous les réseaux, avec un énorme taux de “repeaters”. Une tendance qui au fil des ans perdure. Antonio Ferreira de Sousa, directeur général du Sofitel, a fait ressortir un point valable : « On peut avoir le plus bel hôtel du monde mais sans la confiance, il ne sera jamais vendu. » Il a insisté sur la responsabilité de tout un chacun : « Cela crée des liens et renforce la confiance. »

La particularité d’Antonio Ferreira de Sousa est qu’il possède un caractère enjoué et convivial et parvient aisément à créer un esprit de famille. L’idée d’organiser des retrouvailles sur la plage de l’hôtel Sofitel, plus précisément au restaurant Tamassa Beach, est justement de générer cet esprit d’équipe. « Cette soirée est importante pour la continuité des relations entre partenaires et collaborateurs. » Pour le directeur général du Sofitel, c’est l’occasion de faire sortir de l’ombre les équipes, car dira-t-il, « souvent ce sont les grands directeurs qui sont invités et on ne parvient pas à connaître leurs équipes qui ont accompli un bon travail. »

Comme un retour d’ascenseur, il a voulu faire de cette soirée « une relation gagnante dans les deux sens. » Et insisté sur le fait que le bon fonctionnement d’un hôtel « découle de ces réseaux d’agences » et des gens qui voyagent. « Ils vendent l’hôtel, la destination comme une destination rêvée. » Il a souligné au passage que le Sofitel Imperial « subira des travaux de rénovation » en 2020. « Il y a une âme dans cet hôtel. Cela fait 30 ans que je fais ce métier et Maurice est le 10e pays où je travaille. Je n’ai jamais vu sur une destination et dans un hôtel en particulier un taux aussi élevé de clients habitués et un tel taux d’engagement de la part des collaborateurs. Ce sont eux qui donnent cette âme au Sofitel Imperial. »