Avinash Teeluck, juriste de profession, est également le président de Solaris, une ONG qui vient en aide aux enfants atteints de cancer. Son dévouement pour la cause de ceux atteints de cette maladie, il le puise dans le combat qu’à menée sa propre mère, Uma Bissoondoyal-Teeluck, première graduée de Goodlands décédée d’un cancer du sein.
« La lutte contre le cancer se fait à deux niveaux. Il y a d’abord le combat contre la maladie, puis le traitement en lui-même, accompagné d’un encadrement du patient. Notre rôle est de lutter pour empêcher la progression du cancer. On mène des campagnes de sensibilisation sur le terrain et on va vers les gens pour les encourager à faire des dépistages », laisse entendre Avinash Teeluck, qui était le deuxième runner-up du concours The Most Outstanding Person en 2012.
Le juriste témoigne que quand une mère souffre du cancer, c’est toute la famille qui se sent impliquée. C’est pour cela qu’à l’ONG Solaris, qui a vu le jour il y a cinq ans et au sein de laquelle il est président, « on essaie de prévenir les gens avant que le chaos s’installe ». « À travers Solaris, on a pu établir une unité de chimiothérapie pour regrouper les malades atteints de cancer. Ils ont pu se faire soigner à l’hôpital du Nord grâce au centre de chimiothérapie mis en place par Solaris. » Cela a permis à bon nombre de patients de bénéficier de traitements, et ce, non loin de leur domicile. Suivant la mise en place de ce centre, le ministère de la Santé a procédé à l’ouverture de deux centres additionnels en 2013 à l’hôpital de Rose-Belle et l’hôpital Jeetoo.
Solaris a mené une campagne d’éducation sur la prévention dans des collèges, afin de conscientiser une génération tout aussi vulnérable aux risques de cancer.
Par ailleurs, Avinash Teeluck rappelle que beaucoup d’enfants cancéreux requièrent des traitements onéreux à l’étranger. « Le gouvernement donne un grant de Rs 800 000 pour les traitements. Or cette somme n’est souvent pas suffisante pour ces traitements. Les parents viennent alors vers nous. En août de cette année, on a mis en place le Solaris Cancer Trust Fund et on a approché des compagnies qui contribuent personnellement en donnant de l’argent ou en puisant dans leurs fonds CSR. On a réussi à avoir en deux tranches Rs 100 000 dans un premier temps et Rs 200 000 après, soit un total de Rs 300 000, pour aider Célina, une enfant atteinte de cancer. »
Avinash Teeluck précise toutefois que pour bénéficier de cette aide, il faut impérativement que le dossier du malade soit approuvé par le ministère de la Santé et que certificat mentionne que la personne requiert un traitement à l’étranger. « La mission de Solaris est que Maurice soit dotée de toutes les technologies adéquates pour lutter contre cette maladie. » L’ONG Solaris peut être contactée au 57 685 710.