Adriana Karembeu était à Maurice dans le cadre de la promotion de l’image de la Croix Rouge et dans le but de soutenir la campagne de levée de fonds organisée par l’organisme. La communication avec la presse ne s’est toutefois pas déroulée comme prévu. Quelques failles ont été notées au niveau de l’organisation.
Ce qui devait être un exercice de communication “afin d’assurer une visibilité de la Croix Rouge de Maurice pour son opération de levée de fonds dans le but de financer des projets communautaires”, n’a pas obtenu les résultats escomptés. Cela devait se faire avec la participation de l’icône de la mode et ambassadrice de la Croix-Rouge française, Adriana Karembeu, lors d’une rencontre avec la presse où devait être annoncée la soirée de levée de fonds qui s’est tenue à la Place du Moulin, Bel Ombre, samedi. Le retard d’environ trois-quarts d’heures de l’arrivée du mannequin à la mairie de Port-Louis où devait se tenir la rencontre n’est pas passé inaperçu. Cela a provoqué une légère colère chez l’ensemble des journalistes, d’autant que les organisateurs n’avaient pas jugé nécessaire d’informer de l’évolution de la situation et encore moins de s’excuser.
Précipitation
Contacté peu après le point de presse, Vikash Ramsoondur, Public Relations and Resource Mobilization à La Croix Rouge, met le comportement des membres de la Croix Rouge sur le compte d’un oubli. “Dans la précipitation et la panique, nous avons omis de communiquer avec les journalistes. Nous avons été pris de court et, dans la foulée, nous n’avons pas pensé à nous excuser.”
Si ce n’était que cela ! Alors que l’invitation pour le point de presse indiquait une interaction entre l’invitée de marque et les journalistes, ces derniers ont malheureusement dû s’abstenir, après que Daren Moodely, Event manager de cette rencontre, leur eut fait clairement comprendre qu’ils n’avaient droit qu’à une seule question.
Quinze minutes après l’arrivée d’Adriana Karembeu, on nous annonçait déjà la fin de la rencontre. Est-ce ainsi que La Croix Rouge de Maurice espère assurer une visibilité pour son opération de levée de fonds ? Est-ce ainsi que se déroule une action caritative ? Répondant à nos questions, Vikash Ramsoondur laisse entendre que l’association n’a pu agir autrement car elle avait une programmation stricte et très chargée à respecter. “Le retard du début a tout chamboulé. Comme Adriana Karembeu devait immédiatement se rendre sur un plateau de radio, nous avons dû tout précipiter.”
Exclusivité
En effet, Adriana Karembeu était attendue à une émission, diffusée à la mi-journée sur les ondes d’une radio privée. “Une exclusivité que le groupe de presse a obtenue suite à un partenariat avec La Croix Rouge pour la soirée de levée de fonds”, souligne Vikash Ramsoondur. Qui poursuit : “Cet accord a été mal perçu par d’autres membres de la presse, qui sont venus nous en parler. En offrant l’exclusivité à ce groupe de presse, nous avons projeté une image négative d’Adriana Karembeu. Or, c’est une personne qui ne refuse jamais de communiquer avec la presse.” Admettant que certains paramètres n’ont pas été respectés dans le cadre de cette manifestation, Vikash Ramsoondur promet “une meilleure collaboration entre La Croix Rouge de Maurice et l’ensemble de la presse mauricienne lors de ses prochaines actions”.
Des manifestations qui bénéficieront très probablement du soutien d’Adriana Karembeu, qui a notamment fait mention d’une future collaboration entre La Croix Rouge de France et celle de Maurice. “Ce sera un réel plaisir de partager ces expériences avec les 450 bénévoles d’ici. Mon rôle est d’attirer l’attention et d’apporter mon soutien au mouvement en général”, a-t-elle déclaré.