La campagne BDS Mauritius a été lancée hier par un groupe d’une quinzaine de personnes représentant des organisations nationales ou en leur nom personnel qui se sont réunies dans les locaux de Ledikasyon Pu Travayer à Grande-Rivière-Nord-Ouest. Parmi ceux présents à cette réunion figurent les représentants de la CTSP et de Lalit.
La campagne BDS vise à isoler le gouvernement israélien par le biais du boycott, le désinvestissement et les sanctions. Le lancement de ce mouvement à Maurice alors qu’Israël continue à bombarder la bande de Gaza coïncide avec une journée de manifestations à travers le monde en faveur des mesures contre Israël.
Lors de la réunion  les participants sont arrivés à un accord sur une série de points à savoir « (1) Together, we denounce the continued arming of Israel by the USA, which then makes a mockery of the role of Barack Obama and John Kerry as supposed brokers of peace (2) Together we denounce Israel’s on-going colonial policies, its military occupation, and the state of seige imposed on Gaza (3) Together we draw attention to the danger of continuing to use Palestine as a way of avoiding addressing the genuine problem of a form of communalism common in Europe called anti-semitism, which has been ascourge from the time of the Nazi regime in Germany until today, in an extreme form in some ex-USSR countries (4) That the issue of Palestinian refugees, from 1948, 1967 and more recently, be addressed ».
BDS Mauritius lance un appel en faveur d’un embargo sur les armes contre Israël ; à la fin immédiate de l’état de siège de la bande de Gaza en ouvrant les ports, les aéroports et les passages incluant celui de Rafah (Rafah crossing). Il réclame le démantèlement des colonies sur les terres palestiniennes en particulier sur la côte ouest et à Jérusalem Est ainsi que la fin de l’occupation militaire. Les mêmes droits doivent être accordés immédiatement à toutes les populations vivant dans les terres occupées et le Apartheid wall doit être démoli. Il réclame finalement qu’Israël soit poursuivi devant un tribunal pour crimes de guerre et que les États-Unis soient poursuivis devant le même tribunal pour avoir fourni les armes à Israël alors que ce dernier commet des crimes de guerre.
L’organisation invite le gouvernement mauricien à suspendre toutes les relations diplomatiques avec Israël, et à introduire des sanctions contre ce pays. Elle réclame également que le gouvernement mauricien sollicite le soutien des membres de l’Union africaine pour blâmer Israël et les États-Unis et de présenter une motion de blâme contre l’Egypte pour refus d’ouvrir le Rafah Crossing. « We, as members of the BDS (Mauritius), commit ourselves to an on-going process of isolating Israel by means of boycott, disinvestment and sanctions », précisent les membres de BDS Mauritius. La prochaine réunion décidera de quels produits doivent être boycottés et des moyens qui seront utilisés pour faire pression sur les importateurs, les investisseurs et l’État.