Hans Manthir Ballah, 37 ans, sur qui pèse une accusation provisoire d’importation de drogues dangereuses, notamment du psychotrope, est admis à la Detainee Ward de l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle depuis mercredi suite à des problèmes de santé. Depuis son arrestation, le 19 avril à l’aéroport SSR, ce directeur de compagnie import-export n’a pas passé un seul jour en cellule.
Alors que Hans Manthir Ballah devait être incarcéré au poste de police de Rivière-des-Anguilles, il a été transféré à l’hôpital de Rose-Belle et placé sous la surveillance d’une sentinelle. Il est resté sur place pendant deux jours avant d’être transféré à l’hôpital de la prison de Beau-Bassin, où il était cloué au lit jusqu’à mercredi. Le neveu du Secretary to the Cabinet et chef de la fonction publique s’est à nouveau plaint de douleurs et a été reconduit à l’hôpital Jawaharlal Nehru, où il est placé en observation.
Entre-temps, son avocat, Me Kishore Pertab, a présenté une motion pour sa remise en liberté conditionnelle, qui a été débattue mercredi au tribunal de Mahébourg. La police a objecté à cette demande, soutenant que le suspect a commis un délit grave, étant donné qu’il a déjà été arrêté dans le passé pour une affaire de drogue. Les enquêteurs estiment en effet qu’il pourrait récidiver. La défense a souligné que Hans Ballah a été condamné à une amende en 2008 pour le délit de drogue évoqué par la police.
Par ailleurs, Me Kishore Pertab a argué que les psychotropes saisis sont utilisés par son client « comme médicaments ». Il a ajouté que le directeur avait en sa possession des prescriptions médicales avant de quitter Maurice. Après avoir écouté les deux parties, la cour rendra sa décision le 2 mai.
Hans Ballah, qui est également copropriétaire de plusieurs chevaux au Champ-de-Mars, avait débarqué à Plaisance à bord du vol EK 701 en provenance de Dubaï. Arrivé dans la salle d’immigration, un douanier de la Custom Anti-Narcotic Section avait interpellé cet habitant d’Ébène Cyber City pour une fouille de ses bagages. Son sac à main contenait quatre tablettes roses en forme de coeur sur lesquelles était inscrit « Dom Pérignon », sept tablettes triangulaires libellées « 100 », 21 tablettes rouges avec des inscriptions « X5 150 » – soupçonnées d’être de la drogue –, quatre paquets de « Lexotanil Bromazepam 15 mg » contenant une dizaine de tablettes, trois paquets de « Z9 Zoplicone-Zopicon 7,5 mg », dont chacun renfermait dix tablettes, sept tablettes de « Valium Diazepam 10 mg », deux paquets de « Xyzall 5 mg », 32 tablettes de « Panadeine Paracetamol 500 mg » et sept comprimés de « Zamudol LP 150 mg Tramadol HCL ». Soupçonnées d’être des psychotropes, les tablettes ont été mises sous scellés et une équipe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit, sous la responsabilité du Detective Inspector Dominique, avait informé Manthir Hans Ballah qu’il était en état d’arrestation. Sur les ordres du surintendant Azima, il a été conduit au poste de police de Rivière-des-Anguilles pour passer la nuit en cellule. Mais comme il ne se sentait pas bien, il avait été conduit à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle.