L’édition 2013 de l’Annual Business Trends Survey, sondage sur le climat des affaires entrepris par la Mauritius Employers Federation (MEF), indique qu’il y a des signes d’un léger regain de confiance chez les chefs d’entreprise locaux mais qu’il y a toujours des inquiétudes quant aux conditions générales prévalant dans certains secteurs d’activités, le marché domestique aussi bien qu’au niveau de l’environnement des affaires.
« The majority of respondents are presently satisfied with the general business situation within the general business situation and their enterprise, sector of activity, the country in general and their markets, locally and overseas », observe d’emblée la MEF dans son rapport. Selon l’association patronale, la plupart des entreprises participant au sondage sont d’avis que leur situation est restée stable en comparaison à celle ayant prévalu une année plus tôt. Mais un bon nombre de sondés ont rapporté une détérioration des conditions d’opération dans leurs secteurs et marchés respectifs ainsi que dans le pays. Sur les 82 entreprises (de divers secteurs économiques) ayant répondu au questionnaire de la MEF, 41,6 % ont annoncé que la situation dans le pays s’est détériorée au cours des douze derniers mois et qu’environ 33 % d’entre elles estiment que la situation dans leurs secteurs d’activités spécifiques s’est aggravée.
Le sondage révèle que 45,7 % des entrepreneurs interrogés sont plus optimistes pour cette année quant à la situation générale prévalant au sein leur entreprise. « Overall there are signs of a slight recovery in business confidence in anticipation of an improvement in the general business situation », note la MEF en se référant à la courbe ascendante de l’indice de confiance par rapport à 2012. Le patronat souligne que les secteurs affichant un haut niveau de confiance sont la finance/assurance, l’immobilier, le transport/stockage et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. En revanche, le commerce (de gros et de détail), le secteur manufacturier d’exportation et la construction sont ceux où la confiance est à un niveau bas. Cet état de situation est expliqué comme suit : a) dans le secteur commercial, les principales préoccupations sont la faiblesse du marché, la concurrence accrue et l’environnement économique incertain ; b) pour le secteur manufacturier d’exportation, la principale crainte est la faible demande et c) dans le secteur de la construction on est préoccupé par la compétition accrue venant des contracteurs chinois, la réduction du nombre de projets de grande envergure et la baisse de l’investissement dans les construction de bâtiments et d’autres chantiers et la question des prix.
Répondant à une question concernant leur situation financière, 57 % des sondés ont annoncé que présentement celle-ci est satisfaisante alors que 27 % ont indiqué qu’elle est bonne. « The financial situation in 2013 is generally expected to remain stable by the majority of respondents (54 per cent) », fait ressortir la MEF alors que 37 % des entreprises pensent que leurs résultats vont s’améliorer cette année.
Cependant, les entreprises sondées ne s’attendent pas pour cette année à des progrès significatifs sur le front de l’emploi. « Malgré un regain de confiance, il paraît que les intentions d’embauche par les entreprises sont en baisse du fait d’un environnement économique morose et incertain », ajoute la MEF. Mais elle observe que certains secteurs comme la finance/assurance et les TIC pourraient effectuer des recrutements alors que les secteurs de la construction et des activités techniques, administratives, entre autres, pourraient envisager des licenciements.
Le sondage a révélé, par ailleurs, qu’il n’y aura pas d’amélioration dans la croissance des investissements des entreprises cette année et que les milieux d’affaires sont plus ou moins satisfaits des politiques salariale, de relations industrielles, monétaire et fiscale.