L’Indice de Confiance des consommateurs dans l’avenir continue de se dégrader au deuxième trimestre 2014. Cette situation s’explique essentiellement par une perception négative de l’économie notamment de la sécurité de l’emploi qui reste une des préoccupations majeures des consommateurs.
L’indice de confiance a signifi cativement baissé par rapport au même trimestre des années 2011, 2012 et 2013 et rien de tangible ne permet de rebooster le moral des mauriciens sur le court et moyen terme dans cette période d’incertitude qui impacte également grandement sur leur volonté de dépenser.
Un fort courant de pessimisme pour l’économie
Le pourcentage des pessimistes est au plus haut avec une grande majorité des consommateurs (61.8%) qui pensent que Maurice va dans la mauvaise direction en terme économique. L’écart entre le pourcentage d’optimistes et le pourcentage de pessimistes a atteint un niveau alarmant avec plus de 40%.
Une analyse par profil sociodémographique montre que le pourcentage de pessimistes a augmenté pour tous les profi ls, sexe, âge, CSP et lieu d’habitation.
Les catégories socio-économiques supérieures enregistrent résistent cependant mieux à ce pessimisme pesant que les catégories socioéconomiques moyennes qui dépriment. Lorsqu’on procède à une analyse par tranches d’âges il est constaté que les consommateurs âgés de plus de 44 ans sont plus inquiets de la situation économique future que les plus jeunes de 18 à 29 ans.
L’emploi, le sujet qui inquiète tout le monde

La perception quant aux perspectives d’emplois a également baissé et atteint son niveau le plus bas depuis 4 ans. Cette perception est quasi générale pour toutes les catégories socio-économiques, pour tout âge et dans toutes les régions. Les plus de 44 ans et les catégories socio-économiques supérieures sont parmi les plus importants à penser que peu d’emplois sont actuellement disponibles avec des chiffres élevés d’inquiétudes, respectivement à 71.5% et 75.8%). Cette perception négative de la situation future de l’emploi est néanmoins relativement stable sur l’année 2014 et confi rme le sentiment d’insécurité qui touche la population mauricienne pour son gagnepain.
Le spectre de la baisse des revenus en croissance
Au deuxième trimestre de 2014, le pourcentage de ceux qui prévoient une baisse de revenus dans les six prochains mois a augmenté à 48% contre 42% au premier trimestre de 2014 et 32% pendant le quatrième trimestre 2013. Un mauricien sur deux craint désormais une baisse de leurs revenus dans les prochains mois. Les consommateurs âgés entre 30 et 44 ans, ceux de plus de 44 ans, les catégories socio-économiques à faibles revenus et les habitants des régions urbaines sont parmi les plus pessimistes dans cette perspective.
Une baisse des perspectives d’achat quasigénérale
L’Indice des perspectives d’achat de biens de consommation durables continue sa chute et atteint son niveau le plus bas depuis 2010. Cette importante baisse proportionnelle à son moral au plus bas est enregistrée pour toutes les catégories sociales, pour tout âge et pour toutes les régions.
Les consommateurs adoptent un comportement prudentiel par rapport à leurs achats de biens durables ce qui laisse à prévoir une baisse future de la demande. Toutes les classes sociales sont touchées par cette humeur morose. Les habitants des villes sont parmi ceux qui sont les plus prudents avec un indice d’achat au plus bas avec 45% contre 66 % au premier trimestre 2014 et contre 60% pour ceux habitant dans les régions rurales au deuxième trimestre de cette année. Il est intéressant de noter que même les catégories socioéconomiques supérieures sont très précautionneuses quant à leurs dépenses. Ils sont en effet plus de deux tiers (67.5%) à penser que ce n’est pas le bon moment pour acheter alors qu’ils n’étaient que 43.5% au premier trimestre de cette année à être aussi peu enclin à dépenser leurs sous.