Le livre Chagos mon amour, ou Quand Lisette Talate nous racontait Diego, a été présenté hier au centre du Groupe Réfugiés Chagos. Cet ouvrage trilingue de Françoise Labelle, en collaboration avec Jean-Clément Cangy, a permis de mieux comprendre le combat de ces Chagossiens déracinés de leurs terres.
Françoise Labelle résume parfaitement dans la préface le thème au coeur de l’ouvrage, à savoir le combat des Chagossiens déracinés de leurs terres : « Rencontrer Lisette Talate a été pour moi un moment des plus enrichissants. J’ai été enrichie par son combat, émerveillée par sa détermination. J’ai été envahie par l’émotion devant les souffrances de cette mère qui me parlait de mes enfants morts de chagrin d’avoir quitté leur île natale. » Cette émotion était palpable hier lors de la présentation du livre et des diapos mettant en relief le parcours de Lisette Talate, de sa déportation et de sa tristesse. Cette grande dame était décrite comme un petit bout de femme frêle, mais au grand courage. Françoise Labelle parle de son ouvrage comme d’un « éclairage » de la lutte des Chagossiens. « Lisette est une femme qui a connu la déportation et qui a été, jusqu’à sa mort, sincère dans sa lutte. On garde en tête sa persévérance, sa vision. »
L’auteure a exprimé sa fierté car son ouvrage est sorti quelques semaines après le vote historique de Maurice à l’Onu pour les Chagos. Ce projet date de 2008 lorsque Lisette Talate faisait sa dissertation sur l’identité sociale des Chagossiens pour sa licence en psychologie. « Je parle de Lisette avec la même émotion dans la voix et je l’entends me dire encore : “Pe plore. Zot tou finn fer parey”. » Olivier Bancoult, lui, dira : « L’histoire des Chagossiens nous concerne tous car ils ont été des sacrifiés de l’indépendance et il est de notre devoir de devenir des ambassadeurs de la cause des Chagossiens. Ce qu’ils ont vécu est un vrai drame humain. »
Jean-Clément Cangy, qui a collaboré avec Françoise Labelle pour la sortie de ce livre, a lu quelques extraits du témoignage de Lisette dont des phrases qui ont ému plus d’un : « Mo finn gagn paspor britanik me sa pa dir mwa nanye. Paspor pa pou ranpli ou vant. Mo pa resanti okenn fierte. Mo ankor touzour dan difikilte. Si mo ti enn veritab Angle, gouvernman angle ti pou rekonet mwa. Li ti pou amenn mwa kot li ler li tir mwa dan Diego. Li ti bizin met mwa dan Langleter. Ouswa li ti pou dir Merikin servi lamwatie, les mo Angle lamem. Li ti pou bizin tret mwa kouma enn imin. Zot tret mwa kouma zanimo parski mo lapo nwar. Pa finn tret mwa kouma enn Angle. Si depi mo ti kit Diego, ti amenn mwa Langleter, mo ti pou konn koz angle, mo bann zanfan ti pou ne Langleter. »