Les vacances terminées, les classes ont repris et vous voilà déjà arrivés à la dernière ligne droite. Dernier trimestre rime indéniablement avec examens finaux — qui sont les plus importants du cursus scolaire! Voici donc venu le temps des révisions. Alors que pour certains les révisions ont déjà commencé, d’autres éprouvent un peu plus de difficultés à entrer dans le bain. Nous avons ainsi prévu pour vous des « tips » pour bien préparer votre réussite. La chose primordiale à faire est de s’organiser. La meilleure façon de se tenir prêt à un examen est, avant toute chose, de se préparer psychologiquement.
Pour ceux qui prendront part aux examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC), les révisions battent leur plein (ou, du moins, elles devraient!). Plusieurs d’entre vous n’ont peut-être pas encore commencé à réviser et entendent, autour d’eux, des amis qui parlent de l’avancement de leurs révisions. Pas de panique! Les mots d’ordre du moment sont : relativiser, planifier, apprendre à se concentrer et surtout visualiser la réussite. Et oui, une bonne préparation mentale aide à avoir l’esprit plus ou moins tranquille le jour des examens.
Il n’est pas facile de répéter, d’intégrer, de retenir tout ce qu’on a appris pendant l’année quand on sait que quelques heures suffiront à décider de notre avenir. Pour certains même, le stress prend tellement de place qu’il empêche de rester concentré et d’assimiler la moindre petite phrase. Ils se retrouvent alors enfermer dans un cercle vicieux : plus on stresse, moins on arrive à apprendre et davantage on stresse… C’est actuellement ce que vit Elizabeth en cette période de grandes révisions.
« Je suis en HSC, et j’ai un problème: je stresse beaucoup trop, à tel point que ça me donne quelques troubles de santé: tension qui monte et qui baisse, insomnie, irritabilité, grande fatigue. Rien que de penser aux examens et tout ce que ça comporte je stresse, ça me donne mal au crâne. Et dès que j’attaque les révisions je suis angoissée à l’idée de ne pas pouvoir tout retenir et de ne pas me retrouver en salle d’examens. » Elizabeth se dit pourtant une élève sérieuse, mais son plus gros souci, c’est sa manque de concentration. « Concernant ma méthode de travail, je fais beaucoup de fiches, je prends des cours particuliers en mathématiques car malgré mon sérieux je suis une élève moyenne qui a des difficultés dans cette matière. Je suis meilleure pour les langues et j’ai de bons résultats mais je ne peux pas me contenter d’être forte que dans une seule matière. » Son souhait, dit-elle, c’est de pouvoir passer un troisième trimestre tranquille et attaquer les révisions sans stresser. Mais comment?
Bonne planification
Pour cela, il suffit de planifier les révisions de chaque matière. Au lieu d’étudier ce qui nous tombe sous la main, il vaudrait mieux réfléchir d’abord à combien de jours il nous reste jusqu’aux examens et à combien de temps nous serons en mesure d’y investir chaque jour. Un bon planning aidera à se détendre et à avoir le temps pour tout préparer afin d’arriver en salle d’examens confiante et en ayant la tête plus ou moins reposée. Bien sûr, vous êtes en mesure de modifier le planning selon votre besoin. Le fait de préparer un agenda de l’aperçu général vous donnera le sens de l’organisation et vous serez motivé pour étudier. La meilleure façon sera de faire un dessin en carte mentale (mind mapping) du planning décrivant les étapes des révisions et le temps qu’on décide à y investir, pour chaque matière spécifique ou pour une partie de la matière.
Relativiser
Il est quand même mieux de ne pas arriver en salle d’examens la tête pleine de stress, de doute et de pression. Alors il vaut mieux relativiser. Souvent les profs et les parents vous disent combien les examens sont importants et comment tout votre avenir en dépend, qu’il faut aller à la meilleure université pour trouver un « bon job » ou emploi « sécurisant », que si vous ratez les examens, tous vos rêves éclateront comme un ballon qui a touché une aiguille.
Tout ceci est un poids pour vous, un stress qui engendre une peur inutile. Accepter mentalement l’option d’une éventuelle non-réussite des examens, permet la disparition totale de la peur, qui jusqu’à présent pouvait saboter toutes vos actions. Accepter la possibilité de ne pas réussir, ne signifie, absolument pas, qu’on cesse de s’investir. Au contraire, cela doit vous motiver afin que vous soyez en mesure d’utiliser toutes vos possibilités et tous vos moyens.
Petite technique pour se concentrer
On sait tous comment cela se passe en classe ou même à la maison, quand un petit bruit nous dérange. On tente, avec toutes nos forces, de se concentrer sur les exercices à faire, pendant que quelqu’un à côté chantonne ou tape son crayon sur la table, etc. Pour avoir accès aux ressources de la mémoire, il faut apprendre à se concentrer. Nous avons besoin de certaines compétences pour se concentrer sur ce que nous avons appris et ce qui se trouve dans notre tête, sans faire attention à ce qui se passe, à ce moment-là, autour de nous. Parce que pendant l’examen, il y aura toute sorte de bruits : des murmures, il y aura ceux qui vont tousser, ceux qui traînent leurs pieds, etc.
Il existe une technique très simple qui permet de maintenir une nette concentration pendant une très longue période. Cet exercice réalisé régulièrement, permettra de fabriquer dans la tête un « muscle » de la concentration. Durant l’examen on sera comme « anesthésié » et insensible aux stimuli externes, ce qui nous permettra de regarder tranquillement dans les méandres de nos ressources.
L’exercice consiste à s’installer confortablement dans le calme avec les yeux fermés, et commencer à visualiser. Imagine un objet concret : un stylo, une orange, une peluche, des ciseaux, n’importe quoi d’autre. La mission consiste à visualiser durant 5 minutes, non-stop, uniquement cet objet. Rien d’autre. Garde cet objet devant tes yeux, en l’observant attentivement sur ton écran mental. Vérifie quel son il émet, quelle sensation tu as au toucher ? Amuse-toi avec cet objet en l’imaginant tout le temps.
Au début de l’entraînement, tu va constater qu’après 20 secondes, une pensée parasite te vient à l’esprit. Ce n’est pas grave. Tranquillement, reviens vers ton objet visualisé. Fais cela tant que les 5 minutes ne soient pas écoulées. C’est une question d’entrainement, et au jour le jour tu seras en mesure d’imaginer cet objet pendant une période de plus en plus longue, sans qu’une pensée dérangeante puisse t’en empêcher. Après une semaine ou deux, tu seras le maître de la concentration. Très vite, tu verras comment la capacité que tu viens d’acquérir, fonctionne non seulement pendant ton entrainement de 5 minutes, mais aussi pendant que tu étudies et combien cela t’aide pour te rappeler de ce que tu as déjà appris.
Pense à quelque chose qui pourra te motiver et te donner de l’énergie pour continuer le travail de préparation dans les matières qu’ils te restent à étudier. Rien de mieux qu’une bonne préparation mentale pour réussir.