Le Parti Mauricien Social Democrate (PMSD) a réuni ses partisans, hier en début de soirée, au centre communautaire de Souillac. L’occasion pour le leader du parti, Xavier-Luc Duval, de rappeler à l’assistance présente que dans toute démocratie, “le peuple a le droit de choisir son gouvernement”.
D’emblée, le leader des bleus a déclaré que le pays connaîtra une période cruciale, surtout dans les mois à venir. “Pas kroir ki narnien pas inevitab, ki travay fi ni pre ou ki zoue fi ni zoue”, dit-il. Et d’affi rmer : ‘’Nou gagne lindependans depi 1968, nou dan enn démocratie. Saken ena so vote. Saken ena enn vote à donner kot so lavenir pou ete. Na pas kroir ki tou inn fi ni décide“.
Xavier Duval dit qu’il rencontre beaucoup de personnes qui tombent dans “une sorte d’empathie, voire de fatalisme”, et qui “s’estiment forcés de voter pour l’alliance MMM/PTr”. Or, déclare le leader des bleus, “bizin arret suiv gran missie. Nou dan enn démocratie ek nou gagne droit soisir seki nou le.” Il cite en exemple l’Inde, la France, ou encore l’Angleterre qui a renversé les grands partis, dit-il, lors des élections européennes. Et de prendre comme exemple sa victoire où il a “kass pisso à Montagne-Longue/Sainte-Croix en 1987 et à Beau-Bassin en 1989”. “Tou depan campagne ki parti politik pou fer ek se sa ki pou decide resiltat election”, dit-il. “Bann la pe rode fer match arranze. Ni l’un ni l’autre, na pas le perdi plaisir pouvoir”, fait-il remarquer. Selon lui, après 10 ans au pouvoir, Navin Ramgoolam aurait pu donner la chance à Arvin Boolell ou à Anil Bachoo. Mais “au lieu de ça, Navin Ramgoolam et Paul Berenger s’accrochent au pouvoir. Ek lor la pe rode 7 ans au pouvoir”, ditil. Rappelant que l’île Maurice a déjà connu une alliance MMM/PTr en 1995, il soutient que ce fut un gouvernement instable et “se enn pire gouvernman ki Moris fi nn cone”.
«Si PMSD pou la dan…»
Changeant de volet, le leader des bleus réitèreson voeu pour le rapprochement des partis de l’opposition : “Nou pe reuini autour leadership, guidance ek consey Sir Anerood Jugnauth ki, apre tou, fi nn fer boku.” Il affi rme de plus qu’il y a une révolte parmi les militants qui se sentent trahis par l’alliance conclue avec les rouges. Et contrairement au MMM/ PTr, le ralliement de l’opposition avec le MSM, le PMSD et le Mouveman Liberater “na pas pou blie la population.” (…) “Nou motivation se rode enn lavenir differan”. La balle est dans le camp de la population, dit-il, “si PMSD pou la dan…”. Une voix venant de l’assistance se fit alors entendre : “Nu pou ladan bourgeois” (tonnerre d’applaudissements).
Il s’est ensuite appesanti sur le programme électoral qui devrait bientôt être lancé.