Sacré reversessuyé par la Bonne gouvernance. Lacity imaginée à la gloire dudit Bolom n’est donc pas au goût du Cabinet. Cela ressemble à un coup de couteau dans le dos. L’audacieux homme de main de Pravind a consulté le petit prince avant de passer à l’action. Ce dernier était consentant. Est-ce pour sauver le pays d’une catastrophe économique ou pour bouter Roshi hors de son ministère ? On est en droit de se poser des questions sur les puissants de ce pays. En droit de connaître l’état des relations entre gens du sérail. Ceux censés nous forger un avenir.
On se souviendra du baisemain appuyé. Cet acte lourd de sens pouvait bien vouloir dire ceci : Je viens par ce baiser public me soumettre à ton autorité et assurer mon soutien indéfectible… Le petit prince a semblé acquiescer mais paraissait un tantinet embarrassé par tant d’empressement. Mais il est des choses qui ne se disent pas. Ou alors pas complètement.
Roshi ne sera pas le chef de ce chantier ; qui n’aura d’ailleurs pas lieu ! Un intrépide conseilleur du petit prince a brandi un document. Lequel fera déborder le vase. Le risque d’une ville engloutie, dans l’éventualité d’une rupture du barrage de Bagatelle, a stoppé net les machines. Des ministres de bon conseil ont préféré ne pas avaliser le projet si cher à Roshi. Un désaveu. N’en déplaise au Bolom.
Ce projet porté à bras-le-corps tombe à l’eau. Espérons que le pognon non dépensé sera utilisé à bon escient… Le Théâtre de Port-Louis et celui du Plaza ont justement besoin de fric pour être sauvés des eaux. Pendant ce temps, Showkut plane en jet privé. Des projets à concrétiser plein la tête. Mais, ça, c’est un autre délire… Je me demande comment se sent Roshi depuis le gel du projet. Est-ce comme le petit garçon à qui on a promis un jeu vidéo, et qui, déçu, se met à faire le boudin ?
Et si les deux ne s’entendaient pas aussi bien que l’on veut nous le faire accroire ? Si ce baisemain n’était qu’un leurre ? Évidemment si on leur pose la question, la langue de bois sera mise à contribution. Bref. Pravind a concocté un budget assez beauf. Sans saveur. Et le projet de Roshi est tombé à l’eau. On me demande souvent : ne seraient-ils pas en compétition ces deux garçons-là ? On le saura bien assez tôt… Vous avez dit remaniement ?
En face, Navin reprend des forces et semble guetter le moment propice, ou le gibier idéal, pour bondir comme un lion affamé. Et Paul se débat toujours avec ses contradictions. Sinon rien de folichon sous le soleil.