Vue aérienne des salines de Rivière Noire

Des représentants des forces vives de Rivière-Noire font état de leur soutien au projet de développement hôtelier du groupe Beachcomber aux Salines. C’est ce qu’a indiqué en fin de semaine dernière le président de cette organisation, Soopaya Veerapen, entouré des responsables de plusieurs associations de la région.

Soopaya Veerapen a fait état des consultations menées par le Chief Executive Officer de Beachcomber Resorts & Hotels, Gilbert Espitalier-Noël. Il a ajouté que ces rencontres ont permis de discuter du programme social groupe hôtelier pour la région et de ses principaux axes : l’éducation, le logement, l’emploi, l’environnement et les loisirs. Sur le plan éducatif, Beachcomber s’engage à octroyer une cinquantaine de bourses aux jeunes de la région pour poursuivre leurs études tertiaires. Au chapitre du logement, un dossier délicat, Beachcomber compte apporter sa contribution dans un plan, conjointement avec les autorités et les autres promoteurs.

Arlette Labonne, présidente de l’association féminine de La Preneuse, a mis l’accent sur les opportunités que représente ce développement pour les femmes de la région, notamment au niveau de l’artisanat. Elle s’est appuyée sur l’intention de ce groupe hôtelier d’accueillir des artisanes de la région dans le village artisanal qui sera aménagé aux Salines.  Gaëtan Begue, secrétaire des forces vives de Grande- Rivière-Noire, a mis en garde contre des objections formulées par des intérêts ne venant pas de la région. Il a émis le souhait qu’au moins 25 % des emplois créés soient attribués aux jeunes et aux habitants de la localité.