Le retour de l’archipel des Chagos et de l’île Tromelin à Maurice étant une priorité de l’alliance PTr/MMM, Paul Bérenger, leader du MMM, affirme que le nouveau gouvernement ouvrira le dialogue avec le Royaume-Uni et les États-Unis et, qu’en cas d’échec, « nou pou pass a laksion lor plan diplomatik ». Il s’exprimait hier lors d’un meeting organisé à la rue Chasteauneuf, à côté du marché à Curepipe, dans la circonscription N° 17 (Curepipe/Midlands).
Appelant les jeunes à se joindre à cette cause, Paul Bérenger a déclaré que « la République de Maurice ne sera jamais complète sans un retour des Chagos et de Tromelin ». Il a exhorté les Chagossiens à ne « pa tonb dan piez Angle e atann apre eleksion pou nou bouz ansam » et soutenu que c’est lui qui avait commencé la lutte pour le retour des Chagos à Maurice dès 1971, un an avant son séjour en prison. Abordant le projet de IIe République, il a demandé aux électeurs du N° 17 de « ne pas se laisser prendre par le sentiment de frayeur instauré par l’adversaire », car ce projet sera un grand pas en avant pour le pays « avec un renforcement de la démocratie et de l’unité nationale ».
Le leader du MMM a déclaré que le Serious Fraud Office proposé par l’Alliance de l’Unité et de la Modernité concernerait également les cas de fraude et de corruption ayant eu lieu dans le passé. « Li pou san pitie e nou pou netway pei apre eleksion ». Il a dit avoir confiance en les compétences de Rama Sithanen pour relancer l‘économie du pays, ajoutant « ki ou kontan ou pa kontan li, se enn koko, li napa enn lalo ». Il devait également affirmer que « la génération des quadragénaires est un espoir pour le pays ». Selon lui, ceux-là, de la même génération que son fils, « se enn lot zenerasion kot pena kominal ».
Évoquant l’aura rattachée à la fonction de Premier ministre, le leader du MMM déclare que « des quatre chefs de gouvernement que le pays a connu, un seul a jeté le discrédit sur ce poste : sir Anerood Jugnauth, qui a insulté toutes les communautés l’une après l’autre ». Critiquant ses adversaires, il a situé la lutte entre l’alliance PTr/MMM et l’Alliance Lepep et exhorté l’électorat à ne pas perdre de temps avec Éric Guimbeau, le leader du MMSD et député sortant de la circonscription. « Bliye Guimbeau. Pa gaspiy ou vot e napa perdi ou letan ». Fier des deux candidats MMM Steven Obeegadoo et Satish Boolell, il a aussi fait l’éloge de Michael Sik Yuen, « qui a eu le courage de mettre de l’ordre dans la politique de petits copains au ministère du Tourisme ».
Ce dernier devait d’ailleurs, lors de son intervention, affirmer qu’il avait été expulsé du PMSD pour ces mêmes raisons et indiquer que, s’il n’avait pas pris ces mesures, « la situation dans le tourisme aurait été catastrophique ». Cette année, affirme-t-il, le nombre d’arrivées touristiques passera la barre d’un million pour atteindre les 1 040 000, avec des recettes records.
Avançant que la circonscription avait un gros retard à rattraper en termes de développement, Michael Sik Yuen a attribué cela au fait que, pendant cinq ans, aucun député du N° 17 ne siégeait au sein du gouvernement, même s’il était le seul ministre émanant de cette circonscription. Il a lancé un appel à l’électorat pour qu’il n’y ait aucun Best Loser dans la circonscription.