Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a promis au Parlement aujourd’hui que son gouvernement ferait tout pour ramener la Grande Bretagne à la raison concernant la souveraineté mauricienne sur l’archipel des Chagos, bien que les Britanniques restent fortement sur leur position. C’était lors de la PNQ du leader de l’opposition, consacrée à la souveraineté de Maurice sur l’archipel des Chagos et sur Tromelin. Paul Bérenger avait demandé au Premier ministre, vu que le temps presse, d’intervenir auprès de son homologue britannique pour lui demander de prendre en compte les revendications mauriciennes avant l’échéance de 2016 qui risque de voir le renouvellement du bail accordé aux États-Unis pour une période de 20 ans sur Diego Garcia.
La vive réaction du vice-Premier ministre et leader du Muvman Liberater Ivan Collendavelloo vis-à-vis d’une proposition d’Alan Ganoo, président du MMM, concernant la création d’un All Parties Parliamentary Committee sur la souveraineté de Maurice sur les Chagos n’est pas passée inaperçue. Le Premier ministre n’a pas dit non à la proposition de consultations élargies mais a insisté sur la nécessité pour le gouvernement de s’assurer que les propositions gouvernementales ne soient pas « leaked out before hand ».
Le leader de l’opposition avait dans sa PNQ demandé au Premier ministre de dire où l’on en est avec l’affaire présentement devant le Tribunal d’arbitrage des Nations unies concernant la zone marine protégée de l’archipel des Chagos. « Quelles sont les initiatives prises par Maurice par rapport à sa souveraineté en ce qui concerne le tournant de 2016 ? Est-ce que Maurice a confirmé à la France sa décision de ne pas aller de l’avant avec l’accord-cadre sur la cogestion de l’île Tromelin et est-ce que les discussions sur la question de souveraineté ont commencé ? » a notamment demandé Paul Bérenger.
Sir Anerood Jugnauth a rappelé que la position sans équivoque de Maurice est que l’archipel des Chagos incluant Diego Garcia, ainsi que Tromelin, font partie intégrale du territoire mauricien. « In line with its commitment to ensure that the territorial integrity and sovereignty of Mauritius are fully respected and safeguarded, government will spare no efforts so that Mauritius can effectively exercise its sovereignty over the Chagos archipelago and Tromelin », a-t-il dit. Il a rappelé que la position du nouveau gouvernement est clairement définie dans le programme gouvernemental 2015-2019, dans lequel il exprime son inquiétude concernant le peu de progrès qui a été accompli dans les discussions en vue de trouver une solution au contentieux sur l’archipel des Chagos. « We have pledged to speed up diplomatic talks with the UK and the US government and actively seek the support of the international community in this respect ». Le Premier ministre a ensuite fait l’historique des démarches gouvernementales initiées devant le tribunal sous la Convention des Droits de la mer depuis décembre 2010. La démarche visait à contester la légalité de la création de la zone marine protégée que le gouvernement britannique se proposait de créer autour de l’archipel des Chagos.