Le Komité Diego – piloté par Lalit et regroupant le Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois, le Muvman Liberasyon Fam et la Confédération des Syndicats du Secteur Privé, entre autres — maintient la pression au sujet de la revendication de Maurice sur les Chagos. La dernière démarche, en marge des procédures en vue d’une “Advisory Opinion” de la Cour internationale de Justice de La Haye à partir de l’année prochaine, porte sur une demande d’inspection nucléaire de la base militaire de Diego Garcia sous le traité de Pelindaba. La question a été évoquée lors de la dernière réunion du Komité Diego, avec une demande en bonne et due forme soumise au gouvernement, notamment au Minister Mentor, sir Anerood Jugnauth, responsable du dossier des Chagos.
En principe, toute demande d’inspection nucléaire devra être transmise à l’International Atomic Agency (IAEA). Pourquoi une telle démarche dans la conjoncture ? « Nou panse li enn bon moman pou pran sa linisiativ-la apre ki le 7 ziye finn ena enn vot masif 122 pei dan Nasyon zini anfaver nouvo “Trete pu Interdi tou Zarm Nikleer” dan lemond, premie trete ki kareman viz demantelman totalite arsenal nikleer mondial », souligne le Komité Diego. L’un des rares États membres à voter contre a été les Pays-Bas alors que Singapour, de son côté, s’est abstenu. « Li bon pran not ki tu pei ki posed zarm nikleer kouma Leta-Zini, Langleter, Larisi, Lasinn, Lafrans, Israel, Lend, Lasinn, Pakistan, Kore di Nor, ansam ar zot bann vale, finn boycott sa prosesis-la e pa finn partisip dan ni negosiasion nouvo trete-la, ni vot lor sa trete-la », ajoute le comité mauricien.
« Ce vote massif des Nations unies pour un traité interdisant toute arme nucléaire vient consolider la demande de Maurice pour une inspection sous le traité de Pelindaba militant pour une Afrique libérée de tout armement nucléaire. Maurice doit prendre avantage de cet élan en faveur de la revendication sur l’archipel des Chagos, légitimement obtenu aux Nations unies le 22 juin dernier pour accélérer les procédures à travers l’African Commission on Nuclear Energy (AFCONE) pour exiger cette inspection de la base militaire des Américains sur Diego Garcia par l’IAEA, qui fait partie de Maurice et de l’Afrique, en vue de déterminer si cette base est utilisée pour le stockage d’armement nucléaire. »
Le Komité Diego, soulignant que le traité de Pelindaba est entré en vigueur depuis 2010, note aussi que Maurice fait partie des 12 États membres constituant l’AFCONE, dont le siège est basé en Afrique du Sud. « Gouvernman Moris bizin soumet enn demann formel pou avoy inspekter UN IAEA pou examine si ena prezans matier nikleer dan Diego. Anmemtan, etan done ki ena dimounn pou kapav argie ki ti met “dotted lines” otour Diego Garcia dan Trete Pelindaba, Gouvernman kapav anmemtan osi fer apel pou inspeksyon sou Trete kont Land Mines & Cluster Bombs ki Moris finn osi signe, ratifye, e vote an 2016 dan Lasanble nasional pou ki kodifye Trete-la dan lalwa nasional », recommande le comité après la réunion de cette semaine.
De son côté, l’ancien ambassadeur de Maurice au Mozambique, Alain Laridon, intervenant au nom du comité, a mis l’accent sur l’importance de renforcer le soutien de l’Union africaine après le vote du 22 juin aux Nations unies. « Atraver sa linisiativ politik pou revandik inspeksion IAEA atraver AFCONE, Moris pou konsolid soutien ki li finn gagne depi Linion afrikin ek lezot pei kan zot finn soutenir Rezolision pou met kestion ilegalite aksion Grande Bretagne, kan li finn demanbre Chagos depi Moris, divan ICJ, e osi pou konsolid soutien depi sa 122 pei ki fek vot anfaver interdiksion tou zarm nikleer dan lemond. Anmemtan enn tel aksion pou kontign gard vivan lelan ki ena dan Nasion Zini anfaver konplet prosesis dekolonizasion dan lemond », dit-il.