Les consultations à deux niveaux sur le dossier des Chagos, engagées par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, hier après-midi, ont débouché sur des convergences de vue entre le gouvernement et l’opposition. Ainsi, les leaders de partis représentés à l’Assemblée nationale soutiennent la démarche initiée par le gouvernement pour faire inscrire une résolution sur les Chagos pour la prochaine Assemblée générale des Nations Unies, qui démarrera en septembre prochain. Sir Anerood Jugnauth s’est également entretenu avec le leader du Groupe Réfugiés Chagos, Olivier Bancoult, avec qui la question du resettlement a été évoquée. Le gouvernement a formulé des propositions qui devront être discutées au sein des instances de la communauté chagossienne, un autre rendez-vous devant être fixé au Treasury Building.
Le commentaire succinct du leader de l’opposition, Paul Bérenger, à sa sortie du Prime Minister’s Office hier après-midi, a donné le ton consensuel des consultations sur cette question d’intérêt national. « Travay la pu fer ! » devait-il lancer, sans ajouter d’autres détails aux journalistes présents. De son côté, le Prime Minister’s Office a émis un communiqué en fin de journée pour faire état de ces échanges sur les Chagos. « The Committee had an exchange of views on latest developments and the way forward with regard to the Chagos Archipelago. It agreed that Government should move forward on its action at the United Nations General Assembly », affirme le bureau du Premier ministre, qui note que « all Mauritian citizens, including those of Chagossian origin, are united on the Chagos Archipelago issue ».  
Les membres du comité parlementaire sur les Chagos ont eu l’occasion de prendre connaissance de la teneur de la dernière correspondance du précédent Premier ministre britannique, David Cameron, en date du 7 juillet dernier, suite à l’ultimatum de Maurice au sujet de la date à être agréée entre Londres et Port-Louis pour le contrôle effectif de l’intégrité territoriale des Chagos par Maurice. Les consultations d’hier ont été l’occasion de réitérer le fait que « Mauritius has sovereignty over the Chagos Archipelago and does not recognise the so-called British Indian Ocean Territory ».
Une autre étape délicate a été également franchie avec le tête-à-tête SAJ/Bancoult en vue d’éviter le piège tendu par Londres au sujet du retour aux Chagos dans le sillage du dernier jugement en appel devant la Cour suprême de Grande-Bretagne. Les deux interlocuteurs ont passé en revue les conséquences du jugement de l’UK Supreme Court. Le Premier ministre a de nouveau fait état de son soutien aux « Mauritian citizens of Chagossian origin in their struggle for resettlement in the Archipelago ».
Le communiqué du Prime Minister’s Office, qui souligne que « both the Prime Minister and Mr Bancoult reiterated that the issues of sovereignty and resettlement are indissociable », ajoute que le leader du Groupe Réfugiés Chagos a renouvelé l’engagement des Chagossiens pour un « effective exercise by Mauritius of its sovereignty over the Chagos Archipelago ».
À la fin de la réunion avec le Premier ministre, Olivier Bancoult s’est félicité d’avoir eu « des échanges francs, où les deux parties ont exprimé leurs positions ». Et d’ajouter : « Nou ankor pe laguer nou drwa en tan ki etr imin ki finn bafoue par gouvernma angle. Nou pe kontinye ek nou pe panse pou bann aksyion ki nou panse pou fer. Ek gouvernma ousi finn fer nou kone ki li pou fer. » Selon lui, les membres du comité chagossien doivent être informés des retombées de ces consultations avant toute décision.
Olivier Bancoult a conclu en déclarant : « Nou pa pe rod nanyen en plis nou ! Nou pe rod nou drwa en tan ki enn pep ki finn deplase. Li pa logik ki dimounn gagn drwa viv lor ou later ki ou, ou pa gagn drwa viv. Nou pa pe rod limposib. Nou rod saki posib. » Une nouvelle rencontre avec le Premier ministre a été convenue, la date devant cependant encore être fixée.