Maurice a réalisé, hier, à l’assemblée générale des Nations unies, un coup diplomatique sur les Chagos avec la Request for Advisory Opinion de la Cour Internationale de Justice contre la Grande-Bretagne. Au terme d’un vote pris lors de cette séance plénière consacrée à la résolution de Maurice à cet item (item 87), une majorité de 94 États membres ont soutenu la motion de Maurice dénonçant le démembrement unilatéral de son territoire avant l’accession à l’indépendance le 12 mars 1968. Londres, qui objectait formellement à cette démarche de Maurice aux Nations unies, a dû se contenter de 15 votes, dont ceux des États-Unis, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Japon et des Maldives. La Grande-Bretagne, qui est en instance de divorce avec Bruxelles, n’a pas bénéficié du soutien de l’Union européenne, qui s’est abstenue lors du vote. Parmi les abstentions, l’on retrouve la France, l’Allemagne, le Canada et également la République populaire de Chine. Après l’intervention du Minister Mentor et ancien Premier ministre sir Anerood Jugnauth, les représentants d’une trentaine de pays sont intervenus dans le débat pour s’exprimer avec le représentant permanent de l’Inde aux Nations unies, Sted Akbarruddin, affirmant que New Delhi votera en faveur de la Draft Resolution « as part his country’s ceaseless efforts to put an end to colonialism ». La Grande-Bretagne et les États-Unis ont justifié leur opposition en avançant que l’affaire des Chagos relève des relations bilatérales ne nécessitant pas de recours à la Cour internationale de Justice.
Dans une première réaction à chaud après le vote d’hier soir à l’ONU, sir Anerood a affirmé que « c’est une victoire historique. Lorsque j’avais décidé de porter le dossier des Chagos devant la Cour internationale de Justice, beaucoup m’avaient découragé. Mais j’étais décidé à aller de l’avant car j’ai toujours cru en cette cause ». Dans la conjoncture, le soutien inconditionnel de l’Union africaine (UA) avec le représentant du Congo à New York, Raymond Serge Balé, introduisant la Draft Resolution sur les Chagos lors des débats d’hier, a été déterminant. « The continuing separation of the Chagos Archipelago was a violation of international law, defying, in particular, actions by the General Assembly prohibiting the dismemberment of territories by administering Powers, including resolution 2066 (XX) of 1965, relating to Mauritius specifically », a-t-il déclaré en rappelant que « a yes vote would be a vote for the principles of the UN Charter ».
Succédant au représentant de l’Union africaine, sir Anerood s’est appesanti sur un point fondamental à l’effet que « the dismemberment of the territory of Mauritius without the freely given consent of Mauritius — in circumstances of patent and obvious duress — and the removal of the inhabitants of the Chagos Archipelago, with no possibility of return, were acts constituting breaches of peremptory norms of international law, namely the violation of the principle of self-determination and the breach of fundamental principles of human rights ». Il a ajouté que « no amount of monetary compensation and no agreement to that effect can override these general principles of peremptory international law, not the least the right of self-determination ».
« Breaches of principles of international law and General Assembly resolutions remain breaches that can never validly be acquiesced in or consented or traded off with money. These breaches – and the issues of colonization and decolonization — are of interest to the whole international community », a-t-il renchéri à ce chapitre.
Le Minister Mentor a poursuivi qu’en dépit de la bonne volonté démontrée par Maurice pour tenter de régler ce différend sur le plan bilatéral, les résultats positifs se font toujours attendre d’où le recours à la présente Draft Resolution. Faisant allusion à la dernière tentative de négociations, il a trouvé que « these talks became pointless as the United Kingdom was unwilling to discuss a date certain for the completion of the decolonization of Mauritius. It was unwilling even to talk about decolonization ».
Sir Anerood maintient que l’heure a sonné pour un changement de stratégie vu que « the position that the administering Power brought about in 1965 remains unchanged today. Consequently, as there is no prospect of any end to the colonization of Mauritius, the General Assembly has a continuing responsibility to act. More than five decades have passed, and now is the time to act ». Au début de son intervention, l’ancien Premier ministre, qui a souligné que « the draft resolution is not a belated wake-up call from Mauritius, as suggested by some. It addresses colonialism and decolonisation, a matter of interest to all members and to the Organisation as a whole », avait retracé la chronologie historique des différends sur la souveraineté des Chagos avec Londres. « I have been privileged to witness my country’s political advancement, and was one of those – now the only survivor — who participated in the Mauritius Constitutional Conference held in London in 1965 and which was meant to pave the way for the independence of Mauritius in 1968. I am therefore personally aware of the circumstances in which the Chagos Archipelago was excised from the territory of Mauritius prior to independence », a-t-il dit en évoquant également la teneur des memos internes au Foreign Office en 1965 et 1966 avec une intention délibérée « to present the United Nations with a “fait accompli” and to mislead it about the permanent nature of the population who lived in the Chagos Archipelago ».
Pour sa part, le représentant permanent de la Grande-Bretagne à New York, Matthew Rycroft, a défendu la ligne que « bilateral talks were needed to settle bilateral differences, emphasizing that questions on the British Indian Ocean Territory had long been and should remain bilateral ». Il a dit que l’assemblée générale des Nations unies ne devrait pas s’immiscer dans des affaires bilatérales. « How many other bilateral disputes left over from history could be brought before the General Assembly in this way ? The present draft resolution could set a precedent that many of you in this hall could come to regret », a-t-il soutenu en qualifiant « the General Assembly’s proposed referral to the International Court of Justice as a back-door way to get the Court’s opinion, cautioning that the proposal could undermine that institution’s legitimacy ».
Michele Sison, la représentante des États-Unis aux Nations unies, a emboîté le pas à la Grande-Bretagne. « The draft resolution is an attempt to circumvent the Court’s lack of jurisdiction over a bilateral issue in which one of the parties had not consented to the submission ». Washington a aussi fait allusion à l’importance stratégique de la base militaire de Diego Garcia.
Le compte rendu de ces débats sur le site internet des Nations unies indique que lors de son intervention, le représentant de l’Inde a déclaré que depuis la 1960 Declaration on the Granting of Independence to Colonial Countries and Peoples, « the decolonization process that had begun with his country’s independence remained unfinished seven decades later. While India shared the security concerns relating to the Indian Ocean, on balance, it was a matter of principle to uphold the decolonization process and to respect the sovereignty of nations ».
Pour sa part, la France, qui s’est abstenue au moment du vote, est d’avis qu’il y a encore des possibilités de discussions entre la Grande-Bretagne et Maurice pour résoudre le différend. La position de Paris lors des débats d’hier se résume comme suit : « The representative of France said the situation under consideration was a bilateral dispute and should be resolved accordingly. Recalling his country’s calls, over several months, for Mauritius and the United Kingdom to reach bilateral agreement, he said the possibilities offered by negotiation had not yet been exhausted. France was not convinced that an advisory opinion would facilitate such a solution, he said, emphasizing that the issue of sovereignty should be regulated between States and that the International Court of Justice considered respect for that principle to be fundamental. »