À l’expiration de l’extension d’une semaine de l’ultimatum sur la date du contrôle effectif de Maurice sur les Chagos, l’Hôtel du gouvernement a accusé réception de la réaction du Premier ministre britannique, David Cameron. Les premières indications sont que la correspondance formelle émanant de Londres est loin, bien loin même, de satisfaire les attentes de Maurice au chapitre de l’intégrité territoriale avec le retour des Chagos sous le contrôle effectif de Maurice. Dans certains milieux bien informés, cette « réponse n’est nulle autre chose qu’une Non-Answer ». Le conseil des ministres de ce matin au Treasury Building, sous la présidence du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, prendra note de la teneur de cette réponse et également de la marche à suivre par le gouvernement dans la conjoncture politique et diplomatique.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes indiquent que l’Outgoing British Prime Minister, David Cameron, s’en lave les mains avec le dossier des Chagos. Il a fait comprendre à son homologue qu’un changement de gouvernement devra intervenir en Angleterre dans les semaines à venir et qu’il serait préférable pour Maurice d’attendre pour reprendre toute la question de souveraineté et d’intégrité territoriale avec ce nouveau gouvernement qui sera dirigé par une femme. En effet, les derniers développements sur l’échiquier britannique laissent voir que la lutte pour le No 10 Downing Street à Londres opposera Theresa May à Andrea Leadsom, avec la première nommée comme favorite.
À l’Hôtel du gouvernement, cette réponse de David Cameron ne constitue nullement une surprise même si lors des échanges de mardi dernier à l’Assemblée nationale dans le cadre de la Private Notice Question du leader de l’opposition, Paul Bérenger, le Premier ministre avait laissé la porte entrouverte en évoquant un hypothétique compromis évoqué par David Cameron en demandant une extension de l’échéance pour l’ultimatum initial en vue de communiquer une date pour le retour des Chagos sous le contrôle effectif de Maurice.
« I have come to the conclusion that we have no other alternative than to follow the course that I am following simply because United Kingdom has no intention whatsoever – I repeat it, whatsoever – to return Chagos to Mauritius. Therefore, we must have recourse to whatever means and if we get a guidance from the International Court of Law, we will use that afterwards in every forum to bash against the United Kingdom and that will hurt them a lot, I am sure. That is why, Mr Cameron, who avoided discussing with me over the Chagos, today, has asked for an extension of one week. I have been good enough to accept it. He says: ‘There will be a compromise in which we will be in a win-win situation.’ Let’s see what compromise he is going to suggest, but we are not sleeping. As I have said, we are doing our job because I do not trust these people » avait déclaré le Premier ministre en réponse à une interpellation supplémentaire du leader de l’opposition.
Au vu des délibérations du conseil des ministres du jour, tout semble indiquer que la page de Londres sur les Chagos est tournée, le compte à rebours pour la prochaine séance de l’Assemblée générale des Nations unies et la Cour Internationale de Justice de La Haye étant enclenché…