Lalit, par le truchement de Lindsey Collen et de Ragini Kistnasamy, propose au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, d’étudier la possibilité d’effectuer une visite d’État aux Chagos. Cette idée a été présentée au chef du gouvernement par voie épistolaire en fin de semaine dernière en vue de marquer le début d’une nouvelle offensive politique et diplomatique réaffirmant la souveraineté de Maurice sur cette partie du territoire démembrée avant l’indépendance.
Cette initiative intervient presque à la veille où la Cour suprême à Londres se prononcera sur la question « right of abode » des Chagossiens et du Marine Protected Area. L’affaire sera entendue demain à Londres. Dans cette même communication, Lalit fait part de son désaccord avec la politique déclarée du gouvernement de Lalyans Lepep de « speed up diplomatic talks with the UK and the US ». D’autre part, le nouveau député conservateur pour Crawley, Henry Smith, est monté au créneau en début de mois pour plaider en faveur d’un retour des Chagossiens dans leur archipel natal.
« After the UNCLOS judgement the State of Mauritius has to go on the offensive. You, personally, Mr. Prime Minister, are in a privileged position as both the only witness of the Lancaster House talks in September 1965 and today’s Prime Minister of the Republic of Mauritius, to organize a formal State visit, on, say, the CGS Barracuda, to Diego Garcia and other parts of Chagos, which is an integral part of Mauritian territory, defined as such by history and by the Constitution », écrivent les deux représentantes de Lalit dans cette correspondence avec copies au chef de l’État, Ameenah Gurib-Fakim, et au leader de l’opposition, Paul Bérenger.
 Pour les besoins de ce déplacement envisagé, Lalit maintient que la délégation officielle devra également comprendre la Présidente de la République, le leader de l’opposition et des représentants de la communauté chagossienne. Lalit trouve dans ce projet politique de haute facture une occasion pour Maurice de réitérer ses principales revendications sur les Chagos. « During such a visit, it would be appropriate to call for the re-unification of the Republic, for the right of return of all Chagossians to a part of the Mauritian Republic now interdicted, and for the closing of the military base, and the conversion of any installations to peaceful work, like tsunami monitoring and general meteorological functions, as was the kind of function initially mooted by the British during their tricked negotiations », ajoutent Lindsey Collen et Ragini Kistnasamy.
Auparavant, Lalit devrait prendre à contre-pied l’intention du gouvernement de renouer et d’accélérer les discussions avec les Anglais et les Américains vu que le bail initial des Chagos arrivera à terme l’année prochaine et pourrait être reconduit pour une nouvelle période. « We in Lalit believe that the State of Mauritius cannot again lose time with any speed up diplomatic talks with the UK and US Governments. The two judges in the dissenting and concurring opinion rightly exposed how the British and American Governments have acted in bad faith all along. And as you yourself rightly pointed out in your answer to the PNQ : Could we expect anything else from them, anything contrary from the stand they have been taking all along, from the time they excised part of our territory ? They are the culprits, and we know — last time when I answered a question here I said that their philosophy is: might is right, and this is on what they are relying. But I hope finally justice will prevail and we will get our full sovereignty for the Chagos Archipelago », s’appesantissent-elles.
Plus loin, les deux militantes historiques de Lalit ajoutent à l’intention de sir Anerood : « Now we ask how you, as Mauritian Government, can just ignore the clear findings of UNCLOS March 2015 to the effect that the UK Government has acted in bad faith, by leaving this stand to “speed up diplomatic talks” unclarified ? Surely your Government must now act, in the light of the new political reality after such an important Judgment ? »
 Depuis l’avènement du gouvernement de Lalyans Lepep, c’est la troisième communication de Lalit consacrée au dossier des Chagos. Ce parti constate un changement d’attitude du gouvernement sur les Chagos dans la mesure où « your newly elected Government’s strategy on Chagos seems in contradiction with your pre-election clear public commitment that, should Lalyans Lepep come to power, Mauritius will go to the International Court of Justice on the issue of Chagos ».
 Par ailleurs, la question d’un éventuel retour de Chagossiens dans leurs îles a été évoquée par le nouveau député de Crawley, l’une des circonscriptions britanniques avec le plus fort contingent de Chagossiens. « Article 39 (of the Magna Carta) states that no person should be imprisoned or exiled without due process, yet I fear that that is what has happened to the British citizens of the Chagos islands. Much has been said about why they should not be able to return, including much about the environmental reasons. I do not see any issue, however, with allowing subsistence living by a modest number of Chagos islanders back on Diego Garcia and some of the outer islands if possible », a-t-il déclaré à la Chambre des Communes.