À l’initiative de Dayashree Pentiah-Appadoo, Padmavani Mosalikanti, professeur et assistance directrice de la Shivamohanan School of Kuchipudi Dance de Chennai, a animé une Master class pour une cinquantaine d’élèves de la Kalashree School of Dance à Sodnac. Du 14 au 24 novembre, les danseuses ont suivi plusieurs sessions et ateliers pratiques pour peaufiner leur technique de cette danse classique originaire de l’Andhra Pradesh. Padmavani Mosalikanti confie : “Kuchipudi brings first of all happiness to the mind and soul. It’s above the physical activity. As you go deeper and deeper into it, and once you start learning the language, the literature and so on, kuchipudi brings you to the divine.”

Samedi dernier, devant un parterre d’invités, parents et proches, le spectacle annuel de cette école de danse a présenté un condensé de cette semaine d’apprentissage, d’échanges et de nouvelles techniques. Pour Dayashree Pentiah-Appadoo, cette première Master class de son école avait pour but que ses élèves “soient exposés à un artiste international, tout en leur permettant de sortir de leur zone de confort. Dans la pratique de cette danse, il est primordial d’avoir une autre perspective et un regard différent pour s’améliorer. Je compte renouveler cette expérience”.

Sur le tempo, les chants et interprétations de Padmavani Mosalikanti, les élèves de la Kalashree School of Dance, âgées entre 5 à 26 ans, sont montées sur scène pour exécuter plusieurs tableaux hauts en couleur. Entre torsions gracieuses et mouvements tout en souplesse, les pas de danse étaient vifs, rapides et rythmiques. Contrairement au bharatanatyam, le kuchipudi est un mélange de danse pure et narrative, mêlant aussi l’art théâtral. Outre les expressions du visage, chaque partie du corps du danseur, de la tête au pied, enchaîne des postures ondulantes et très courbées.

Pour sa première visite à Maurice, après avoir effectué plusieurs tournées à l’étranger, l’invitée était “plus que satisfaite du résultat. It was a good learning experience for me too because we have different cultures. So it was an opportunity to learn about your culture and share mine with the girls”.