Plus de 1 000 enfants, âgés de 7 à 10 ans, ont assisté au spectacle de marionnettistes, « Dernières nouvelles de la mer », de la troupe française « Et demain… », jeudi et vendredi dernier au Conservatoire de musique François Mitterrand à Quatre-Bornes. Cependant ceux qui ont fait le déplacement vendredi n’ont pu voir le spectacle dans son ensemble à cause d’une coupure de courant dans cette région de Quatre-Bornes. Ils ont quand même été enchantés de leur rencontre avec les trois personnages principaux de l’histoire, Armande la tortue, Sam le requin et Lotta la lotte.
Il est dix heures, en ce vendredi matin. Les enfants des écoles gouvernementales commencent à arriver au conservatoire François Mitterrand. A l’intérieur, l’atmosphère est grave. Les membres de la compagnie ont convoqué une réunion urgente afin de trouver une solution rapide pour ne pas annuler le spectacle à cause de la panne électrique. Entre temps, les professeurs accompagnateurs font patienter les enfants dans la cour. Une décision est enfin prise : les enfants auront droit aux jeux des marionnettistes et d’autres parties du spectacle, qui est une enquête sur la disparition de la faune et la flore, seront contées aux enfants.
Assis à même le sol, les enfants, attentifs, écoutent Emmanuel Suarez, metteur en scène de la pièce et comédien. Il introduit la pièce. Une introduction interactive. « A quoi ça sert la mer ? » leur demande-t-il. Les réponses fusent de tous côtés : « Il y a des poissons », « On mange les poissons », « On peut nager », « On peut y faire du sport », « Ça nou donne du sel ». Le comédien amène les enfants à pousser leur réflexion sur l’univers marin et son importance. Sans trop tarder, il aborde l’aspect de la pollution marine.
Intervient ensuite « la police » sous-marine. Armande et Sam dans un premier temps. Les enfants, le regard arrondi, ne quittent point des yeux la tortue et le requin manipulés par deux marionnettistes. Ils leur expliquent, de manière ludique, le monde marin et les pressions qu’il subit et ce, au plus grand plaisir des enfants, qui éclatent de rire de temps à autre. Intervient ensuite Lotta qui séduit d’emblée par sa manière de parler. A la fin de la séance, les enfants sont invités à prendre la parole.
Contre tout attente, la première question porte sur la fabrication des marionnettes. Emmanuel et les deux marionnettistes Laetitia et Valérie leur expliquent que la tortue Armande est une sculpture faite à partir de matériaux de récupération alors que Sam le requin est coupé dans une mousse de latex et que ses dents sont faites de petites cuillers. Autres questions qui intéressent le groupe du matin : que fait-on des ailerons de requins ? Pourquoi ne faut-il pas marcher sur les coraux ? Que fait-on des tortues qu’on tue ? Ou encore « Comment la troupe a-t-elle eu l’idée de monter ce spectacle ? »
Emmanuel Suarez explique aux enfants que les coraux sont d’une part vivants et d’autre part, ils servent d’habitat à de nombreuses espèces sous-marines. La soupe aux ailerons de requins, poursuit-il, est très prisée en Chine. Elle l’est aussi à Maurice, précisent des professeurs accompagnateurs. Cependant, lorsqu’on attrape un requin et qu’on lui coupe les ailerons, même si on le relâche, il ne peut plus vivre, « car sans ses ailerons, il ne peut pas nager », poursuit Emmanuel Suarez. Quant aux tortues, elles sont chassées pour leur viande mais comme la reproduction est longue et difficile et que leurs oeufs de même que les bébés tortues sont la proie des prédateurs, il est difficile pour l’espèce de se reproduire comme il faut.
La troupe travaille avec des scientifiques pour montrer des spectacles destinés aux enfants, devait également indiquer Emmanuel Suarez.