La scène du J&J Auditorium était transformée en un véritable jardin samedi dernier lors du One Man Show de Paul Dewandre Les Hommes viennent de Mars et les Femmes de Vénus II. Abordant le délicat sujet relationnel au sein des couples avec une voix posée, l’homme arpente la scène, une vidéo en toile de fond pour expliquer et appuyer ces différentes thèses. Paul Dewandre dessine les faits de la vie et permet à l’assistance présente de sonder la pensée, masculine et féminine. Lui s’exprimant par les faits, elle par le ressenti. La conclusion demeure subtile : les différences ne nous opposent pas, mais nous complètent.
Assez délicat le tour de manège de Paul Dewandre. Complexe a priori quand il invite son auditoire à le suivre dans les méandres d’une relation de couple. Certains célibataires se diront n’avoir rien à perdre dans ces tournures rocambolesques du couple qui se la joue à coups de « je t’aime, moi non plus », se jetant des vannes et des reproches à longueur de journée, qui finissent par devenir usant, frustrant et fatiguant. Paul Dewandre a revêtu pour la circonstance son tablier de jardinier pour démontrer que, finalement, l’amour se cultive au quotidien. Habité par son personnage, il distille une joie de vivre. Tour à tour, dans ses dialogues, il met à nu les états d’âme d’un couple et permet à son auditoire de réfléchir sur les mécanismes à adopter pour faire fonctionner les rouages du couple. Parfois, comme il le préconise, mieux vaut surfer sur la vague des sentiments plutôt que de sombrer dans la mélancolie. Des astuces pour faire fonctionner les couples, Paul Dewandre en possède pas mal dans son escarcelle.
Jeu de miroir
À travers son jeu de scène, Paul Dewandre démontre que l’homme et la femme viennent de deux planètes différentes. Comme un jeu de miroir, il renvoie la balle à l’homme et à la femme, et les force à se remettre en question. Fait intéressant, les deux se prennent au jeu. Lorsqu’il parvient à déclencher dans la salle un sentiment de « c’est bien vrai, c’est comme cela que cela se passe », c’est l’euphorie. Du coup, chaque couple à cette impression de se retrouver dans les dialogues de Paul Dewandre. S’installe alors un déclic, comme une remise en question. Dewandre pousse son public à la réflexion. Si après un cuisant échec le couple se reforme pour revivre le même scénario, c’est qu’au fond, ni l’homme ni la femme ne veulent se retrouver seuls. Seulement voilà, adieu indépendance et tranquillité de vie. Quand on parle de la vie de couple, tout repose sur une question de fonctionnement et d’adaptation. La venue des enfants n’arrange pas non plus les choses. Paul se laisse aller à des confidences, parle de sa femme Corinne, de ses enfants et se sert d’eux comme d’un exemple pour relater ses différentes expériences et remises en question.
Inspiration
Paul Dewandre s’est inspiré du best-seller de John Gray Les Hommes viennent de Mars et les Femmes de Vénus, pour en faire une adaptation personnelle. Il est seul sur scène pour tisser sa trame en filigrane. C’est son humour qui donne plus de profondeur à son thème pour décrire ces Martiens et ces Vénusiennes. À travers sa démarche, il démontre juste que si l’un et l’autre se sentent souvent incompris, c’est que l’homme et la femme pensent différemment. « Un homme a un seul dossier ouvert devant lui, alors que la femme est multitâche. Elle a les dossiers ouverts en permanence : boulot, mari, enfants, maison, famille. » C’est précisément sur cette différence que Paul Dewandre démontrera comment en faire une source de complicité et non de conflit. L’auditoire rit quand il parodie les contes en disant que le prince charmant et la princesse vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants mais que, cependant, « personne ne dit que ce prince charmant devient après un vieux croulant et la princesse une vieille difficile à apprivoiser ».
Au final, mieux vaut rire de soi en se disant qu’il n’y a d’amour durable que le respect que s’accorde mutuellement un couple. Les épaules qui se rapprochent, les mains qui se touchent, c’est la meilleure façon de resserrer les liens. L’homme ne changera jamais la femme et la femme ne changera jamais l’homme. Paul Dewandre aura pris plus d’une heure pour décrire et faire comprendre l’incompréhensible entre les deux êtres. L’aspect relationnel et fusionnel d’un couple repose dans l’acceptation de l’un et de l’autre, avec ses qualités et ses différences. Ils sont, au final, les ingrédients nécessaires pour pimenter l’amour en un beau feu d’artifice.